Snorre Keberg

De Wiki GC
Aller à : navigation, rechercher
Snorre Keberg
Snorre Keberg.png
Fiche d’identité
Nationalité DrapeauPolaro.jpg Polarienne
Naissance 25 mai 1949
Lieu Chrome
DrapeauPolaro.jpg Polaro
Date de décès 11 octobre 2010 (61 ans)
Lieu de décès Futimu
Polaro
Surnom(s) La flèche
Discipline Cycling.png Cyclisme
Spécialité Sprinteur
Parcours professionnelle
SaisonsÉquipe
1971 - 1975 DrapeauPolaro.jpg Team Cerasio
1976 - 1979 DrapeauPolaro.jpg Primpan
Principales victoires
Tour du Polaro
Maillot orange.png Meilleur sprinteur 1971, 1972, 1973, 1974, 1975, 1976, 1977, 1978 et 1979
18 étapes entre 1969 et 1979

Snorre Keberg est un coureur cycliste polarien, né le 25 mai 1949 à Chrome et mort le 11 octobre 2010 à Futimu.

Malgré un début de carrière difficile, il se fait remarquer par ses talents de sprinteur. Néanmoins, sa notoriété explose qu'à partir du début de la décennie 1970 avec la création du Maillot Orange de meilleur sprinteur sur le Tour du Polaro : il remportera cette nouvelle récompense pendant presque la décennie, de 1971 à 1979. Il devient par la suite l'entraîneur de Kalem Bosquan, qui lui portera la tunique orangée de 1981 à 1985.

Il est également le père de Julia Keberg, présidente de l'OCGC depuis le printemps 2019.

Biographie

Carrière cycliste

Début de carrière difficile

Son entrée dans le cyclisme professionnel se fait à un moment particulier pour le cyclisme polarien : les professionnels comme le public sont encore choqués par le brutal décès de Vincent Delaby en 1968 suite à un accident de la route alors que le septuple vainqueur du Tour du Polaro était en entrainement. La vive émotion crée un sentiment ambivalent, entre admiration et méfiance face à un sport qui montre à tel point il peut s'avérer dangereux. Ce drame est d'autant plus fort dans le Team Alier-Moneilla, l'équipe du champion et également la formation dans laquelle S. Keberg était en formation.

Il quitte ce Team au printemps 1969 pour rejoindre l'équipe Cerasio où il est fait coéquipier de Romain Sinarbre, un brocélian qui avait déjà remporté le Tour du Polaro cinq ans plus tôt. Sa première participation au Tour est très mitigée car s'il a réussi à briller dans les étapes de plaines, en remportant la dernière étape de surcroît, ses performances en montagne sont faiblardes. Néanmoins, la victoire au général de R. Sinarbre et la loyauté démontrée par Kerberg pousse le staff à le conserver dans l'équipe. La montée en puissance de l'ancérien Eddy Weckx fait en tout cas craindre une réorganisation de l'équipe, dont le sprinteur pourrait être la victime faute d'objectifs particulier. Le tour 1970 confirme ces craintes, la victoire de l'ancérien du Team Line obligeant les dirigeants de l'équipe primpanoise de revoir leur stratégie et la distribution des postes. S. Keberg est licencié dès la fin de la compétition où il a pourtant réussi à remporter deux étapes - mais insuffisant pour peser sur le classement général.

L'incarnation du maillot orange

L'annonce de la société d'organisation du TdP de décembre 1970 change pourtant la donne. En créant le Maillot orange afin de récompenser les sprinteurs, les équipes ont désormais un autre objectif que le seul classement général. Le Team Cerasio, sans autre figure du sprint que S. Keberg qu'il a renvoyé moins de trois mois avant, recontacte son ancien cycliste qui a entre temps été approché par de nombreuses autres équipes. Le cycliste décide finalement de revenir dans son équipe de départ, mais avec l'assurance que le maillot orange sera autant une priorité que le maillot doré ainsi qu'avec un lot d'avantages conséquent « en compensation de son éviction prématurée » selon l'expression du communiqué du Team annonçant le retour du sportif en son sein. D'après les médias, l'équipe aurait notamment acheté une maison pour que S. Keberg puisse quitter la banlieue galaxoise et emménager près de son centre d'entrainement avec sa conjointe.

Snorre Keberg, sur le point de remporter son premier maillot orange à l'issue de la 3e étape du Tour du Polaro 1971.

Un investissement conséquent qui se concrétise lors du Tour du Polaro 1971 : il remporte deux étapes, mais surtout il s'impose au classement des meilleurs sprinteurs. Tout au long du parcours, le public - encore endeuillé pour Delaby - en a fait sa nouvelle mascotte alors que le classement général semble désormais acquis à des étrangers.

Déroulé de la carrière

...

Fin de carrière et entrée dans le staff du Team Elane-COSMOS

Le sprinteur, âgé de 31 ans et faisant face à une baisse de sa condition physique dès l'après-saison 1979, décide de se retirer du cyclisme afin de se consacrer à sa vie familiale qu'il avait mis entre parenthèse pendant sa carrière. En juin 1980 il se marie avec la présentatrice télé de PolaroTV Hélène Ancéo. Cette même année naît leur premier enfant, Julian.

Pourtant publiquement à la retraite, il est contacté régulièrement par différentes équipes afin d'intégrer leur staff. Il est en effet vu comme l’entraîneur parfait pour coacher leurs sprinteurs, afin de remporter le Maillot orange que Keberg a su monopoliser pendant une décennie. Par communiqué il refuse néanmoins toute offre, se disant « préférer le repos pour le moment ». Kalem Bosquan, étoile montante du Team Cosmos[1], se rend jusqu'à son nouveau domicile de Bringebaer pour lui demander en personne de l'aider dans sa préparation, ce que l'ancien cycliste accepte finalement. S. Keberg intègre le staff du Team dès octobre 1980 afin de préparer son poulain au Tour du Polaro de l'été suivant.

Vie personnelle

Snorre Keberg est marié depuis 1980 à la journaliste Hélène Ancéo, avec laquelle il a deux garçons et une fille (la Présidente de l'OCGC, Julia Keberg, née à Bringebaer en 1983).

Palmarès

Les membres de la communauté sont invités à contribuer à cette section. Votre aide est la bienvenue !

Notes et références

  1. L'équipe devient le Team Elane-Cosmos à la fin des équipes régionales, puis plus simplement le Team Elane à partir de 1983.
DrapeauPolaro.jpg   Portail du Polaro         Logo sport.png   Portail des Sports         Cyclisme.png   Portail du Cyclisme