Rintoïsme

De Wiki GC
Aller à : navigation, rechercher
Rintoïsme
霊の信念 Rento Shinnen
Tukuna Shrine.jpg
Entrée du temple Tukuna à Asaksa
Présentation
Nom original 霊の信念 Rento Shinnen
Nom deltan Rintoïsme

Le Rintoïsme, ou religion Rinto, reprend l'ensemble des croyances ancestrales Saorie. Religion des Esprits, il est souvent associé au Culte de kuna qui s'est cependant devéloppé comme croyance distincte de ce dernier. Très flexible, la religion Rinto n'impose, par principe, rien à ses fidèles qui restent libre de leur décision avec l'assurance de rester membre de la communauté. Poser certains actes rapproche cependant plus le fidèle du famitura, considéré comme le paradis rinto. Avec 72 millions d'adeptes, elle est, de loin, la principale religion de la Confédération Insulaire d'Ancore

Origine

Les origines de la religion Rinto ont toujours été entourées d'un certain brouillard mais plusieurs études, notamment menés par le département d'étude Rintoïste de l'Université de Seackland, ont permis de mettre en lumières certaines théories. La plus probable

Lieux de cultes

Les lieux de cultes du Rintoïsme sont assez facilement reconnaissables et emprunte de nombreux codes à l’architecture traditionnelle saorie par la présence de pagodes et de tois de chaumes ou brique rouges. Le riz a également une importance particulière et on le retrouve dans la fabrication des cordesz de riz et pailles de riz qui ornemente généralement les sanctuaires Rinto.

L’entrée du sanctuaire est généralement marqué par un tori qui peut être rouge ou gris selon l’époque et la richesse du temple. Un escalier mène généralement à l’enceinte du temple mais ce n’est pas obligatoire. (Voir image ci-après du sanctuaire de la bonne fortune de Seackland.

Le sanctuaire en lui-même est généralement composé de plusieurs éléments distincts : des allées en pierre indique les endroits où peuvent marcher les adeptes tandis que des graviers soigneusement ratissé et dessinés en motif sont strictement interdits. Seul les prêtre du temple sont autorisés à les franchir car, selon la croyance shinto, ce sont les espaces personnels réservés aux Famis et seul une purification particulière permet aux adeptes de les franchir. Cette règle, plus ou moins appliqué de façon stricte selon le sanctuaire, amène généralement des tensions avec les touristes. Les batiments sont généralement structurés en plusieurs zones :

  • Une zone centrale constituée d’une pagode ou se trouve généralement la relique lié au Fami.
  • Les résidences privées des prêtres du sanctuaire.
  • Les zones d’ablution, notamment ouvertes à la purification pour les adeptes.
  • Les jardins spirituels. Si l’adepte peut entrer en communication avec le famis dans toute l’enceinte du temple, les jardins spirituels sont généralement privilégiés.
  • Le cimetière. Généralement les tombes d’adeptes sont situées au sein du temple. Pour obtenir ce droit il s’agit d’avoir été un membre particulièrement actif au sein de la société durant son vivant. Ce droit donne généralement accès à un Fami plus avantageux et ce sont dès lors les familles les plus riches, ayant donné le plus de dons au sanctuaire, qui obtiennent ce droit.

Rites

Réunion Spirituelle avec les Famis

Les Fami, traduit parfois de façon erronnée comme familier en deltan, est un esprit pouvant prendre la forme d’un animal, d’une plante voir, dans de rares cas comme pour les kealis ou le Kuna, de figures humaines qui représentent les esprits naturels de ce monde. Dans la croyance Rinto chaque élément de l’univers, concept pouvant prendre une forme concrète ou non, est guidé par un ou plusieurs Fami. La distinction est très vague et il n’est pas rare de retrouver plusieurs Famis représentant un même concept. Ainsi un phénomène physique comme la foudre ou le tonnerre peut, selon les régions, avoir comme origine le Famis du Renard Tukuna ( Seackland, Waltenburry) ou l'Oiseau Suzuna ( Goe, Kagoyama).

La voie du Famitura

Les adeptes du Rintoïsme sont mus par la conviction que les actes durant leur vivants déterminent leur réincarnation en tant que Fami dans l’au-delà. Selon les préfectures, certains Famis sont préférés à d’autres tels que le Tigre d’Ancore ou le Quetzal. Mais la religion Rinto laisse la possibilité aux hommes ayant faits preuve d’actes héroïques durant leur vivant d’être réincarnés en leur propre Famis. On dit alors qu’ils ont atteint le Famitura : la reconnaissance éternelle en corps de réalité. Cette perspective, développée à partir du 5 ème siècle, est à l’origine de la nature divine accordés aux chefs de clans puis, plus tard, aux Kealis. Le développement de cette croyance amènera également des cultes parallèles dont le plus bel exemple est l’Eveil de Kuna.

La voie du Famitura en elle-même comprends 3 dimensions spirituelles: le "Fa" indique ce qui n'est pas encore né, le "mi" ce qui ne peut pas être diminué, le "Tu" la dernière compassion et le "Ra" le dernier voyage, symbole de la réincarnation en Fami.


Purification

La purification est une étape cruciale de l’alignement de l’esprit avec le corps dans la religion Rinto. Avant chaque prise de contact avec un Fami il est requis de se purifier les mains, la bouche et les oreilles. Le même rite doit être répété lorsque le croyant clot la rencontre rituelle dans un temple Rinto. Pour preuve Un temple Rinto est généralement accompagné de plusieurs autels d’ablutions disposant de fontaines, d’eau et une louche appelé Kama qui permet de saisir l’eau sans la rendre impure.

Une dévotion non absolue

Il est à noter que le Rintoïsme n'impose pas une "dévotion absolue", ainsi une majorité des fidèles pratiquent en parallèle un ou plusieurs autres cultes, notamment celui de Kuna qui, après avoir été combattu entre le 8 ème et le 12 ème siècle une première fois, et enfin une seconde lors de l'impérialisme des Kealis au 19 ème siècle, peut désormais se développer librement.

Les déviances pardonnables

La religion rinto contient également une liste d'interdits non absolus que les fidèles se doivent de respecter un maximum dans leur voie vers le famitura. Ces interdits ne sont pas considérés comme absolus mais leur consommation ou pratique dtourne les efforts spirituels du fidèle et rallonge la durée de son développement spirituel. Comme pour les autres rites de la religion Rinto il est à noter que le fidèle reste libre des suivre ou non ces enseignements, sans être exclu de la communauté.

Parmis les déviances pardonnables les plus connues on retrouve:

  • La consommation récréatives d'alcool: si certains spiritueux sont consommés lors de célébrations très codifiées, leur consommation dans la sphère personnelle est vécue comme un détournement du droit chemin. Ceci est justifié dans les parchemins du famitura par " l'entrave que cause la consommation de spiritueux à la méditation, voie essentielle du développement personnel". En d'autres termes, le Rintoïsme déconseille à ses fidèles de consommer de l'alcool en raison des conséquences psychiques. Certains monastères se sont d'ailleurs spécialisés dans le combat contre l'alcoolisme en proposant des retraites du pardon. Le fidèle passe alors de 6 mois à 1 an en exil dans le monastère avec interdiction de consommer la moindre goutte d'alcool. Cette thérapie est souvent critiquer par le milieu hospitalier et certains vont jusqu'à parler de tortures mentales pour les fidèles qui s'y soumettent, notamment parce qu'une fois qu'ils sont entrés, leur sortie du monastère est interdite avant 6 mois.
La consommation d'alcool de riz est, elle, conseillée lors de célébrations très codifiées.


Diffusion Dans le monde

La religion Rintoïste est très peu répandue dans le monde et se cantonne prequ'exclusivement dans les îles d'Ancore et de l'Océan Transgécéen.

Cependant, dans les pays concentrant une grande communauté ancérienne, il n'est pas rare de s'y voir élevé des temples Rinto ou des sanctuaires de Kuna comme au Santorico, Sunrise, Zéphyros et à Mapete.