Parti du Travail Mapétien

De Wiki GC
Aller à : navigation, rechercher
Parti du Travail Mapétien (De)
Rave i te ohipa faaoaoara Mapete(Mp),
Mapetian Labor Party (Ce)
20115375 Mapete PTM.png
Logo officiel du parti politique de gauche radicale anticapitaliste
Présentation
Pays Royaume de Mapete
Président Iotefa Kaoriki
Fondation 10 mars 2019
Scission dans 1939-1974: Parti Communiste Mapétien
1974-2019:Union des Prolétaires Révolutionnaire
Siège Mapete
Fondateur Alexandre Kalpui en 1937
Mouvement de jeunesse Les Jeunes Travailleurs
Positionnement Gauche anticapitaliste, extrême gauche
Idéologie Socialisme, communisme, anticapitalisme
Affiliation internationale 2nd Internationale des Prolétaires Communistes
Adhérents 21.200
Couleurs Rouge
Représentation
Députés
16  /  200
Chefs de tribus
0  /  7
Communautés
4  /  150

Le Parti du Travail Mapétien (Rave i te ohipa faaoaoara Mapete en mapétien et Mapetian Labor Party en Celte) est un parti d'extrême gauche du Royaume de Mapete ayant gouverné le pays de 1939 à 1974 sous le régime d'Alexandre Kalpui. Il s'est appelé Parti Communiste Mapétien de 1939 à 1974 puis Union des Prolétaires Révolutionnaire jusqu'en 2019 avant de prendre son nom actuel.

Histoire

Pendant la Guerre d'Indépendance

Alors que la guerre d'indépendance fait rage, l'Armée Révolutionnaire dirigée par Alexandre Kalpui fait de plus en plus d'émules. De nombreux groupes la rejoignent et dés 1938, Kalpui pense déjà à en faire un parti politique tournée vers l'idéologie socialiste.

Lors de l'indépendance, Kalpui crée le parti communisme Mapétien qui gouvernera le pays pendant prés de 35 ans.

Pendant la guerre d'indépendance, le parti sera un groupuscule chargé de regrouper de nouveaux soldats à la cause socialiste, ce groupe prendra aussi bien des mapétiens que des colons désireux de rejoindre le camps de l'indépendance. Trés vite, ce groupe va perpétuer de nombreux attentats contre les colonisateurs sylvanais et aldéricains.

A la fin de la guerre la branche la plus radicale est dissoute et le PCM peut commencer à vivre en tant que tel.

le régime d'Alexandre Kalpui

Alexandre Kalpui et ses soutiens en 1950

Dés 1939, le Parti Communiste jouit d'une réputation de parti fondateur de la Nation, la propagande développant ce concept. Tout au long des années 1940-1950, le PCM va connaître une forte popularité jusqu'à ce qu'il soit contesté en reprimant l'opposition, en enfermant les journalistes d'opposition et en se radicalisant sur les notions de nationalisme, de communisme etc.. Dans les années 1960 1970, le parti est très largement contestée et Kalpui est obligé de faire face à une opposition libérale de plus en plus rude et de plus en plus populaire.

En 1970, la première révolution mapétienne éclate, les monarchistes et les libéraux ont le vent en poupe, Le Parti Communiste Mapétien est obligé de s'avouer vaincu en 1974 à la suite du décès d'Alexandre Kalpui.

Dés son décès le Parti Communiste Mapétien est jugé indésirable et est dissous. Cependant, le nouveau pouvoir monarchiste autorise la recréation d'un parti politique socialiste avec l'Union des Prolétaire Révolutionnaire qui se revendique comme étant le digne héritier du PCM.

Depuis 1974

Depuis la première révolution mapétienne en 1974, l'Union des Prolétaires Révolutionnaires accuse le coup de défaite électorale en défaite électorale, le parti ne fait plus l'unanimité face à des libéraux , des républicains et monarchistes toujours plus populaires. Le déclin se manifeste par la perte régulière de nombreuses villes et de sièges à l'Assemblée Insulaire.

Le parti est accusé d'avoir perpétuer des meurtres, d'avoir instaurer un régime autoritaire et d'être le théâtre de nombreuses manifestations violentes contre la Monarchie.

Malgré une légère recrudescence dans les années 2000 2010, l'Union des Prolétaires Révolutionnaires n'attire plus que des anarchistes et des républicains extrémistes.

En 2019, le parti s'engage aux côté des Brigades Internationales et de la 2nd Internationale des Prolétaires Communistes lors du Coup d'état du 3 mars 2019. Les résistants communistes sont appréciés et le parti connaît un regain électoral important lors de l'élection royale anticipée.

Toutefois, le parti reste minoritaire au sein de la majorité des institutions concurrencé par l'extrême droite et la gauche libérale. le changement de nom en Parti du Travail Mapétien en 2019 ne change pas la donne.

Idéologies

Loupe Wiki GC 2020.png Article(s) détaillé(s) : Socialisme Mapétien
  • Socialisme Mapétien
  • Interventionnisme d'Etat au sein de l'économie
  • Etat centralisateur autour de la capitale.
  • Promotion et instauration d'une "république socialiste"
  • Instauration de la laïcité au sein des institutions.
  • Engagement internationale pour une révolution mondiale contre les capitalistes.
  • Anti capitalisme prononcé , anti mondialisme important.
  • Suppression du secret bancaire et de la politique fiscale et bancaire avantageuse.

Mouvement de jeunesse

La Jeunesse du Travail ou Jeunes Travailleurs est le mouvement de jeunesse principal du parti. Celui-ci revendique des droits démocratiques plus importants comme les référendums populaires à chaque décision fédérale importante. Le mouvement exige également une meilleure sensibilité écologique rapprochant le parti vers l'altermondialisme plutôt que vers l'antimondialisme.

Le mouvement est le plus important du point de vue du nombre des adhérents, le parti étant le plus ancien du pays, le mouvement de jeunesse reste important malgré un très fort déclin depuis les années 1980.

Evolution du parti

Le Parti politique se revendique socialiste, communiste mais de moins en moins révolutionnaire depuis le début des années 2000 le rendant moins diabolisant pour la population. Le parti tente également de faire oublier la période Kalpui que la majorité de la population refuse de voir réapparaître. Le PTM tente donc de se modérer et dilue l'idée de provoquer la révolution par les armes mais plutôt par les urnes.

L'écologie, l'altermondialisme sont aussi de nouveaux thèmes qui apparaissent au sein du parti attirant de nombreux écologistes et de nombreux indécis refusant le système capitaliste mondial.

Malgré tout le parti est accusé depuis les années 1970 de terrorisme d'état, de dérives autoritaires et de nombreux troubles à l'ordre public. La Justice Fédérale tente de délibérer sur le rôle du parti lors du régime d'Alexandre Kalpui le menaçant de dissolution voire d'interdiction.

Fondateur du pays?

Depuis les années 1990, le parti relance l'idée d'être le fondateur de la nation mapétienne ce que les libéraux et les monarchistes refusent de laisser passer. En effet, lors de l'indépendance, de nombreux libéraux et monarchistes se sont lancés à l'assaut des colonisateurs ce que le PTM a tendance à oublier. De son côté, le PTM considére que les libéraux et les Monarchistes ont toujours provoqué des révolutions lorsque le PTM était au pouvoir ou à la porte du pouvoir, mettant en avant des théories complotistes si il le faut.

Quoiqu'il en soit, la question de la paternité de la Nation Mapétienne est un débat fort entre le PTM et ses opposants.

Logo politique.png   Portail de la Politique         Drapeau Mapete.png   Portail de Mapete