Justine de Salamille

De Wiki GC
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark bronze.png  Vous lisez un « article de bronze ».
Justine de Salamille
JdS 82.png
Justine de Salamille à Larçay en 2021
Fonctions
Présidente du conseil de gouvernance de la Mandelsy
En fonction depuis le 07 janvier 2022
Élection 07 janvier 2022
Maire de Mégalipoli (Province du Delta)
21 avril 2018 - 1er mars 2020
(1 an, 10 mois et 8 jours)
Élection 21 avril 2018
Prédécesseur Alan De Flork
Successeur Aliciane de Flork
157ème Impératrice du royaume de Faimicy
1er mars 2007 - 25 septembre 2016
(9 ans, 6 mois et 24 jours)
Prédécesseur Osomak de Salamille
Successeur Isanok de Salamille
Gouverneur par intérim de la République de Mandelsy
15 juillet 2015 - 25 septembre 2016
(1 an, 2 mois et 10 jours)
Prédécesseur Aucun
Successeur Karl Silver Stone
Impératrice de Mandelsy
8 avril 2014 - 15 juillet 2015
(1 an, 3 mois et 7 jours)
Prédécesseur Joseph de Laurionly
Successeur Pas de successeur, abolition de la royauté le 15 juillet 2015
Biographie
Date de naissance 08 septembre 1986 (35 ans)
Lieu de Naissance Innercivitatum Drapeaux royaume de faimicy.png Faimicy
Nationalité Mandelsienne, Deltane (2017)
Père Jildos de Salamille
Mère Miriok de Salamille
Conjoint Alfred Vallamir
Famille Osomak de Salamille (tante)
Diplômé de Université de Theide, Université de Mégalipoli II
Profession femme politique, urbaniste géographe
Religion Xinmarian
Résidence Theide
Lien sur Squirrel

Justine Émilie Faimy de Salamille, née le 08 septembre 1986[1] à Innercivitatum (Royaume de Faimicy, Mandelsy) est une femme politique Mandelno-Deltane.

Docteure en sciences de l'aménagement, Justine de Salamille a été Impératrice de Faimicy (2007-2016)[2], Impératrice du Grand Royaume de Mandelsy (2014-2015), Gouverneure par intérim de la République de Mandelsy (2015-2016), Conseillère aux affaires urbaines de Mégalipoli (2016-2018), Maire de Mégalipoli d'avril 2018 à mars 2020, porte parole de l'assemblée constituante de la quatrième république (2020-2021) et présidente du conseil de gouvernance de la Mandelsy depuis janvier 2022.

Justine de Salamille est reconnue pour avoir mis fin à la monarchie du Grand Royaume de Mandelsy en 2015 et pour avoir lancé les processus de construction d'une constitution pour la troisième et la quatrième République Mandelsienne.

Si elle bénéficie d'une certaine reconnaissance internationale, elle demeure très controversée en Mandelsy notamment du fait de son ascendance et des différentes fonctions qu'elle a occupé avant la proclamation de la République.

Situation personnelle

Origines familiales et ascendance

Justine de Salamille appartient à l'une des grandes familles ayant géré le royaume de Faimy depuis sa création et à une des quinze familles nobles de Mandelsy. Elle tient cette lignée de sa mère Miriok de Salamille, qui fut également impératrice du royaume de Faimy de 1987 à 1997. Son père Jildos de Civalille, est issu de la famille de marchands Laverno-faimouites qui contrôle tout le commerce entre le royaume de Faimy et la région du Lavernant au nord de la Mandelsy. L'arbre généalogique de la famille de Salamille remonte à la fin de la coupure de 300 ans avec Helnesse Koriothe de Salamille. La famille de Civalille est une branche de la famille de Salamille apparue vers l'an 450.

Arbre généalogique de Justine de Salamille

 ─o Jilnou de Civalille       
  ├────────────────────────────o Jilkan de Civalille
 ─o Kanilla d'Ol'Falok         |
                               ├────────────────────────────o Jildos de Civalille
 ─o Dosjuan de Civalille       |                            |
  ├────────────────────────────o Dosmilla de Civalille      |
 ─o Illana de Salamille                                     |
                                                            |
                                                            ├────────o Justine de Salamille
                                                            |
 ─o Suter de Civalille                                      |
  ├────────────────────────────o Sutani de Civalille        |
 ─o Aniça de Civalille         |                            |
                               ├────────────────────────────o Miriok de Salamille
 ─o Gustin de Salamille        |
  ├────────────────────────────o Lulaby de Salamille
 ─o Miliana de Salamille
Blason de la famille de Salamille

Justine était relativement proche de son oncle Gustino de Salamille. Il était un grand explorateur, ayant notamment beaucoup voyagé en Aurinéa et en Aldesyl et ayant également travaillé pour les différentes confédérations marchandes mandelsiennes. À sa mort en 1997[3] elle est l'unique héritière des biens de son oncle (celui-ci n'ayant ni conjointe, ni enfant). Outre la fortune personnelle du défunt, elle hérite de plusieurs propriétés en Mandelsy continentale comme le château de Cangey à Larçay, le manoir du Ruau à Vermengue ou encore le domaine du Plaissy de la Ronderie proche d'Elsonburg. À plusieurs reprises cet héritage sera mis à contribution pour l'intérêt du pays. C'est le cas notamment en 2016 lors des Jeux olympiques de Theide où elle et sa famille participent à hauteur 11% du budget total des jeux. En 2020, lors de sa mission humanitaire dans le nord de la Mandelsy, le domaine du Plaissy de la Ronderie est transformé en un centre d'aide pour les plus démunis.

Néanmoins, cette ascendance est régulièrement source de polémiques à son encontre.

Jeunesse

Justine est la première enfant du prince Jildos de Salamille et de l'impératrice Miriok de Salamille. Son père est le 37ème dirigeant de la confédération marchande Civalille. Sa mère fut la 154ème impératrice du Royaume de Faimy. Justine à deux soeurs, Isanok de Salamille et Eldeve de Salamille, toutes deux nées en 1999. Elle a également un frère que sa mère aurait eu avec un autre homme : Fuljou de Salamille (ou Fuljou Stone). Ce dernier est né en 1998.

Justine, est née à Innercivitatum, le port de l'Est du Royaume de Faimy. Elle passe sa petite enfance dans la capitale du royaume Ol'Goradok auprès de ses parents et particulièrement auprès de son père (sa mère devenant impératrice du royaume peu après sa naissance en 1987). Egalement proche de son oncle, celui-ci lui partage son expérience d'explorateur. Assez jeune, Justine tente de l'imiter en quittant régulièrement le cocon familial et en partant, souvent seule, découvrir les villes et village du royaume de Faimy. À 10 ans, elle fait seule le tour des îles du royaume à cheval puis, l'année suivante en bateau.

La mort de son oncle en 1997, la marque profondément. Elle perd quelque peu cet esprit aventureux et décide, avec l'appui de sa mère et de sa tante de s'intéresser à la vie politique du royaume. Ces deux dernières lui inculquent les valeurs républicaines faimouites[4], lesquelles la guideront dans toutes ses actions publiques depuis.

Etudes

Couverture de la thèse de Justine de Salamille[5]

Justine de Salamille est décrite par ses pairs comme une personne extrêmement travailleuse et de particulièrement brillante[6]. Cela explique son parcours scolaire rapide. À l'école d'Ol Goradok elle termine le cycle principal en 3 ans au lieu de 5 et le cycle secondaire en 5 ans au lieu de 7. Ses compétences sont dès lors mise à contribution par sa mère, alors impératrice du royaume, dans la gestion du royaume de Faimy dès ses 13 ans (sur le deux dernières années du mandat de sa mère).

À 16 ans, elle commence à étudier les sciences politiques à l'Université de Theide. Elle obtient un master en quatre ans au lieu des cinq requis. Elle sort donc diplômée de l'Université de Theide en 2006. Ses années d'étude sont l'occasion de nouer contacts avec plusieurs autres étudiants de l'université qui seront à ses côtés lors de la transformation de la Mandelsy en 2015. Elle met entre parenthèses ses études pour se consacrer à la gestion du royaume de Faimy à partir de 2007.

De 2017 à 2020 à la suite de son exil à Mégalipoli, elle prépare un doctorat en sciences de l'aménagement à l'Université de Mégalipoli I à l'École supérieure d'aménagement sur la thématique Développement d'un modèle de gouvernance responsable pour les pays en voie de développement. Sa thèse traite des modèles de développement des pays les plus modestes. La première partie de sa thèse développe l'histoire et les modes de développement urbains et économiques des pays les plus pauvres du monde Gécée (le royaume de Mapete dans le deuxième chapitre et la Mandelsy dans le troisième). Elle propose ensuite un modèle de développement de ce type de pays qui soit écologiquement et socialement soutenable pour l'ensemble de la population. Ce modèle ce divise selon plusieurs thématiques : le développement économique (chapitre 4), le développement urbain (chapitre 5), les transports (chapitre 6), la ruralité (chapitre 7), l'aspect social (chapitre 8) et enfin le mode de gouvernance avec la proposition d'un modèle d'organisation des états (chapitre 9). Enfin le chapitre 10 décline ces différentes thématiques au cas spécifique de la Mandelsy. Le document final, comprenant 11 chapitres dont un chapitre introductif et un chapitre conclusif, représente 895 pages[7]. La soutenance de sa thèse s'est déroulée le 15 mars 2020. Elle a été reçue avec les honneurs du jury. Une version condensée de 250 pages a été publiée aux éditions universitaires de Mégalipoli en janvier 2021.

Vie privée

Justine de Salamille rencontre Alfred Vallamir en décembre 2013 à Sainte-Mary Coprin[8] , un petit port de pêche de la côte Ouest de la Crosovie. Entre décembre 2013 et avril 2014, ils échangent plusieurs lettres. Ils se rencontrent à nouveau en avril 2014 à l'issue du combat opposant les différents souverains mandelsien à l'Aubrière sur Choisille. En 2015, ils emménagent ensemble à Valaxtine sur Choisille. Ils se suivent ensuite dans leur exil en Crosovie. Tandis que Justine rejoint la province du Delta, Alfred reste en Crosovie. Durant les années où Justine se trouve à Mégalipoli, Alfred ferra régulièrement le voyage jusqu'à la mégalopole deltane. Ils se fiancent en 2017 dans un petit village du district de Mégalipoli : Foygeodro. En 2020, après les élections municipales de Mégalipoli, elle rejoint Alfred Vallamir, alors membre du Comité Politique de l'OCGC dont le siège se trouve au Prince Edward Island. Depuis janvier 2021, elle demeure à Larçay, dans une propriété que lui a légué son oncle.

Dans son entourage, on trouve également des scientifiques, des urbanistes, des botanistes (notamment Emilie Dojsseaume) qu'elle n'hésite pas à impliquer dans ses entreprises (beaucoup ont par exemple participé à la rédaction du plan EDEM). La plupart d'entre-eux sont d'anciens étudiants de l'université de Theide.

Justine de Salamille est également membre de l'Ordre des Chevaliers Jalumaï depuis 2006. Au sein de cet ordre elle a le statut de Ki-Lumaï.

Détails physiques et caractère

Justine de Salamille mesure 1 mètre 76 pour environ 68kg. Elle a les yeux marron et un léger strabisme à l’œil gauche. Vers ses 10 ans, elle est atteinte de canitie subite précoce[9] et à donc naturellement les cheveux gris/argentés[10]. En décembre 2021, suite à sa détention par les troupes mongarléennes du grand Skhan, elle doit être amputée d'une partie de sa jambe droite.

Du fait de son origine faimouite elle s'exprime avec l'accent typique de cet archipel[11] notamment en roulant les "r". Elle possède deux tatouages sur sa cheville gauche. Le premier représente le symbole de l'Ordre des Chevaliers Jalumaï et le second les armes de la famille De Salamille (un S stylisé au milieu de brins de lavande).

Concernant son caractère, Justine de Salamille est une personne plutôt altruiste. Elle est plutôt introvertie et peu sociable dans le cadre privée (famille, amis). Dans sa vie publique, elle sait rester discrète mais n'hésite pas à se mettre en avant au moment opportun, elle fait preuve d'aisance pour s'exprimer et n'hésites pas à aller au-devant des difficultés. Elle est de nature plutôt calmes et fait confiance relativement facilement à ses pairs. Néanmoins, lorsqu'elle est mise en cause de manière défavorable, elle à tendance à perdre ses moyens[12].

Parcours politique

Règne au royaume de Faimicy

Justine de Salamille, devient impératrice du royaume de Faimy en 2007. Comme il est de tradition au royaume de Faimy, l'impératrice, ou l'empereur si c'est un homme, est élu par le peuple. Il reste en fonction pendant 5 ans renouvelable une fois. Justine de Salamille est élue une première fois impératrice le 1er mars 2007, puis une seconde fois le 1er avril 2012. En 2016, alors qu'elle doit fuir la Mandelsy, elle abandonne ses fonctions et de nouvelles élections son organisées. C'est sa sœur Isanok de Salamille qui est élue.

Accession au pouvoir en Mandelsy

Justine de Salamille en 2014 lors de l'affrontement pour le trône de Mandelsy dans l'arène de l'Aubrière.

En fin d'année 2013, le roi de Mandelsy Joseph VI tombe gravement malade. Comme le veut l'usage, la table ronde des rois doit se réunir et statuer sur une personne pour assurer l'intérim. Depuis la révolution de 1849, le royaume de Faimy ne participait pas à ces réunions. Pour cette table ronde, convoquée le 8 décembre 2013, le royaume de Faimy participe en la personne de Justine de Salamille.

Lors de cette table ronde, les neuf autres rois présents décident de ne pas reconnaître Justine de Salamille comme souveraine du royaume de Faimy[13] et donc comme membre de droit de la table ronde. S'en suit une courte guerre maritime opposant la flotte faimouite à la flotte d'une coalition formée par les neuf royaumes ayant rejeté l'entrée de Justine de Salamille dans la table ronde[14][15].

Le décès de Joseph VI en février 2014[16] précipite la fin des hostilités et la tenue d'une nouvelle table ronde afin de lui trouver un successeur. Cette table ronde se tient le 5 avril 2014. Les 11 souverains des 11 royaumes de Mandelsy sont présents et doivent élire un nouveau roi. Chacun ayant voté pour lui, la règle est ensuite de se départager au cours d'un affrontement se déroulant dans la grande arène de l'Aubrière sur Choisille[17].

Le combat se tient le 6 avril 2014 et est remporté par Justine de Salamille. Celle-ci devient donc impératrice de Mandelsy le 8 avril 2014[18].

Règne à la tête de la Mandelsy et transformation du pays en une République

Bien que n'ayant pas annoncé de changements drastiques dans sa première allocution[19], plusieurs réformes sont entreprises en 2014 et 2015 par Justine de Salamille. Elle commence par figer les frontières internes du pays afin de tenter de retrouver une certaine stabilité en Mandelsy. Après plusieurs essais, les frontières des provinces sont définitivement stabilisées le 15 juillet 2015 avec la disparition du régime monarchique.

Le 25 juin 2014, comme l'exige le fonctionnement de la monarchie Mandelsienne, Justine fait son discours de politique générale [20]. Elle y présente un gouvernement composé de 4 femmes et 4 hommes et donne ses priorités pour les mois suivants. Le premier élément sur lequel elle travaille est la révision du statut de citoyen[21] Celui-ci est étendu à toutes les femmes et hommes quel que soit leur origine ethnique à partir de 17 ans. Ce changement de statut est effectif le 22 juillet 2014[22].

Durant son règne, elle oriente également le développement économique de la Mandelsy. Les diverses annonces faites par Justine de Salamille préfigurent le plan EDEM, finalement présenté le 15 juillet 2015 [23]. Ce plan a pour objectif de guider le développement de la Mandelsy jusqu'en 2030. Il a été repris dans les diverses versions des constitutions depuis.

Le début de l'année 2015 est marqué par des départs de feux dans les forêts des Monts de Grammes [24]. Ceux-ci s’intensifient assez rapidement [25] ce qui oblige Justine de Salamille à faire une demande d'aide internationale[26]. Elle s'illustre notamment dans la recherche des terroristes en lien avec ces incendies ainsi qu'avec l'attentat de Silith.

Le 12 février 2015, elle affiche sa volonté de transformer la Mandelsy en une République [27]. Cette volonté se concrétise progressivement tout au long de l'année 2015. Les 21 mars 2015[28] et 29 juin 2015[29] elle crée le statut de communauté autonome mandelsienne et accorde ce statut aux îles de Crosovie, du Dunvegan, de Faimicy et à la Talj'Bali à travers les accords de Silith. Durant tout le printemps 2015, elle prépare avec un ensemble de scientifiques, de juristes et d'autres femmes et hommes politiques le passage à la République. Celui-ci à lieu le 15 juillet 2015, jour où Justine de Salamille annonce l'abolition de la monarchie et la mise en œuvre du plan EDEM lequel doit guider le développement économique et démocratique du pays sur les prochaines années. En abolissant la monarchie elle abandonne son statut d'impératrice et convoque une assemblée constituante. En août cette dernière lui donne le rôle de gouverneure par intérim du pays de manière à gérer les affaires courantes. Justine de Salamille décide de laisser la construction d'une constitution à l'assemblée constituante jugeant que son statut d'ancienne impératrice serait mal perçu si elle interférait trop dans ce processus.

En tant que gouverneure de la Mandelsy, elle porte la candidature de Theide pour l'organisation des jeux olympiques de 2016. L'assemblée constituante la mandate pour veiller à l'organisation des élections municipales qui ont lieu les 15, 16 et 17 avril 2016. Ces élections sont les premières élections libres organisées dans le pays depuis 1849.

Exile au Peacksburg et à Mégalipoli

Lors des jeux olympiques de Theide, un incident éclabousse l'équipe mandelsienne d'équitation. Une partie des chevaux sont empoisonnés ce qui empêche les cavaliers mandelsiens de participer aux épreuves d'équitation. [30]. Dans un même temps l'assemblée constituante éloigne progressivement Justine de Salamille de la construction de la constitution en l'empéchant d'assister aux séances de l'assemblée constituante. Cette dernière diminue aussi ses marges d'action en tant que gouverneure par intérim de la République de Mandelsy. L'assemblée exige par exemple que Justine lui fasse un compte-rendu quasi-quotidien des actions qu'elle mène.

Le 8 août 2016 un avis de recherche national[31] est émis par l'assemblée constituante à l'encontre de Justine de Salamille[32]. Ce premier avis de recherche n'est pas assortit d'une prime. Justine est alors identifiée par l'assemblée comme une menace potentiel pour l'intégrité de la République Mandelsienne, notamment car elle a été impératrice du grand royaume de Mandelsy . L'assemblée constituante dépêche le même jour des forces de police à son domicile pour l'arrêter. Cependant, celle-ci a pris la fuite avec Alfred Vallamir vers le Peacksburg[33].

Le 10 août, l'assemblée constituante publie par voie de presse [34] les raisons qui la poussent à considérer Justine de Salamille comme une criminelle. Cette dernière est soupçonnée de vouloir renverser les institutions républicaines grâce au soutien de la flotte Faimouite. L'assemblée se base également sur les désaccords qu'aurait exprimé Justine de Salamille au sujet de nouvelles orientations que prendrait la constitution de la IIIème République. Le communiqué révèle en outre que Justine de Salamille serait impliquée dans l'empoisonnement des chevaux mandelsiens lors de jeux olympiques. Si les premières accusations ont été démenties [35], aucun élément ne permet de statuer sur ces dernières accusations.

Au Peacksburg, Justine ne parvient pas à trouver de soutiens. Elle décide donc de partir en RFGC à Mégalipoli, où certains de ses contacts (notamment Emilie Dojsseaume) ont également trouvé refuge.

Carrière politique à Mégalipoli

Justine de Salamille au conseil municipal de Mégalipoli en 2019

À Mégalipoli, Justine s'inscrit à l'université pour y préparer un doctorat. L'Université de Mégalipoli est un haut lieu de la politique de la ville et la jeune femme se fait rapidement repérer par les cadres du parti qui dirige la ville[36]. Ses interventions sur le développement soutenable des villes intéressent particulièrement la municipalité écologiste de la grande mégalopole Deltane. Le Maire de Mégalipoli, Alan de Flork, lui accorde à l'occasion protection et soutient.

Alan de Fork l'invite dès novembre 2016 à rejoindre le rang des conseillers du Maire [37]. Ces personnes non élus et nommées par le Maire sont chargées de le conseiller et d'orienter ces choix. Le portefeuille attribué à Justine de Salamille est celui des affaires urbaines. En novembre 2017, le conseil municipal de Mégalipoli décide à l'unanimité de promouvoir Justine de Salamille au rang de conseillère municipale suite à son implication dans la conception du plan de verdissement de la Mégalopole. Ces nominations, bien que très rares, sont prévus dans la loi Deltane propre à l'organisation de la politique intérieur du district de Mégalipoli.

En avril 2018, Alan de Fork décide d'abandonner son poste de Maire pour raison médicales. Dans cette configuration le conseil municipal de Mégalipoli à deux options : provoquer de nouvelles élections ou nommer un des membres de l'assemblé au poste de Maire jusqu'à la fin du mandat réglementaire. C'est cette deuxième solution qui est décidée et c'est Justine de Salamille qui est nommée à ce poste jusqu'en mars 2020.

Pendant un peu plus d'un an, Justine de Salamille dirige donc l'une des plus grand Mégalopole du monde. Ce court mandat comporte peu d'échecs et ceux-ci se restreignent aux relations internationales (conflit avec le NED). Sous le mandat de Justine de Salamille, 50 kilomètres d'autoroutes sont fermés à Mégalipoli, 15 kilomètres de voies sont piétonnisées, la congestion routière diminue (passant de 1200km à 900km au pic de l'heure de pointe du matin), les études de prolongements du MGV sont finalisées et celles des lignes J et K poursuivis et les marchés pour l'automatisation de la ligne E sont attribués. Sur le plan de l'environnement, 5 quartiers de gares ont été arborés, des études sont lancés pour faire de même autour de 50 stations de MGV, 7900 arbres sont plantés, un plan pluriannuel d'investissement dans la production d'énergie est mis en place. Enfin, 25 000 emplois sont créés par la municipalité de Justine de Salamille pendant cette année de mandat. Celui-ci est donc largement positif. Toutefois, les relations avec la Mégalopole d'Argos se détériorent et les frontières entre RFGC et NED sont renforcés divisant l'Argopolis[38] en deux pôles distincts.

En novembre 2019, elle annonce sur Squirrel[39] qu'elle ne se présentera pas pour sa propre succession aux élections municipales de 2020. Elle prend néanmoins position pour la liste Mégalipoli en Transition.

Retour en Mandelsy et implication dans la chute de Karl Silver Stone

Justine de Salamille et Alfred Vallamir au siège du comité politique au printemps 2020

Après les élections municipales de Mégalipoli, Justine de Salamille voyage aux PEI avant de revenir en Océania à Silith au Peacksburg. Avec ce rapprochement de la Mandelsy, le gouvernement Mandelsien de Karl Silver Stone décide d'augmenter la prime pour sa capture et de surveiller de manière plus importante les frontières mandelsiennes. Le régime en profite pour la rendre responsable des différentes attaques ayant lieu aux frontières avec l'Empire Carnackien.

Après quelques semaines de silence sur les réseaux sociaux, Justine de Salamille annonce son retour en Mandelsy et plus particulièrement au royaume de Faimy le 29 juin 2020[40]. Avec l'aide de l'impératrice du royaume elle met en place une mission humanitaire pour le nord de la Mandelsy. Cette mission a pour objectif d'apporter de l'aide aux populations vivant dans la zone nord du pays. Pour se faire elle mobilise le cuirassé MRF Alister[41] et le cuirassé MRF Olgorhj[42], deux navires de la marine royale Faimouite.

Dans les jours qui suivent, elle documente sur Squirrel la situation du nord du pays.

Porte parole de l'assemblée des Maires de Mandelsy

Julia Keberg et Justine de Salamille en mars 2021

À la fin de l'été, suite au lancement de la procédure de sortie de l'OCGC par Karl Silver Stone, Justine de Salamille lance un appel aux Maires mandelsiens afin de rassembler tous ceux souhaitant construire un avenir pour la Mandelsy au sein de l'OCGC. Elle est à l'initiative des conférences de Nuylnes. Lors de la première conférence (5 et 6 septembre 2020), Justine a été nommée porte parole de la Mandelsy libre[43]. Durant l'automne elle rencontre de nombreux Maires afin de dessiner avec eux les contours d'une future assemblée constituante pour la Mandelsy souhaitant rester dans l'OCGC.

Début 2021, lorsque la procédure de sortie de la Mandelsy de l'OCGC s'arrête, elle devient porte parole de l'assemblée des Maires. Elle indique par ailleurs sur Squirrel ne pas vouloir interférer dans le processus de construction d'une nouvelle constitution, ni même briguer un mandat national par la suite[44].

Le 15 mars 2021, l'assemblée des Maires mandate Justine de Salamille pour accueillir la présidente de l'OCGC Julia Keberg lors de sa seconde tournée internationale. La journée se déroule à Larçay. Des sujets tels que l'académie d'éducation, les élections municipales de 2021 en Mandelsy, l'opération papillon ou l'implication de Justine De Salamille dans la politique mandelsienne ont été abordées.

Au printemps 2021, elle lance une série de rencontres internationales afin de repositionner la Mandelsy sur échiquier mondial. Elle rencontre ainsi Jordan Wilson à Larçay les 15 et 16 avril et Tremaine Walcot à Mapete du 18 au 26 avril. Cette dernière visite a notamment été l'occasion du premier vol longue distance de l'avion SolAir. Par ailleurs elle inaugure aussi le rapprochement entre le royaume de Mapete et la Mandelsy.

Du 28 au 31 mai 2021, Justine supervise l'organisation des élections municipales mandelsiennes. Ces élections en plus de renouveler les exécutifs locaux ont pour enjeu le renouvellement de l'assemblée des Maires. À l'issue de l'élection des Maires par les conseils municipaux, la nouvelle assemblée se retrouve profondément divisée entre les républicains unionistes d'un côté, les républicains indépendantistes de l'autre et une poignée de non affiliés incluant des royalistes. Lors de la session d'installation de la nouvelle assemblée, celle-ci décide de retirer à Justine de Salamille une bonne partie des pouvoirs dont elle était dotée pour gérer les affaires courantes du pays[45].

Voyant la situation à son égard se dégrader, Justine décide démissionner de ses fonctions le 15 juillet 2021 jour de la fête nationale mandelsienne[46].

Implication dans la seconde opération papillon [47]

À partir de début novembre 2021, Justine mène une nouvelle mission humanitaire dans le nord de la Mandelsy. L’objectif est le même que l’année précédente à savoir venir en aide aux populations locales qui ne se sont toujours pas remises des différentes catastrophes naturelles des années passées. Au cours de cette mission, on lui rapporte à plusieurs reprises que des avions survoleraient les Monts de Grammes, la chaîne de montagne proche des plaines du nord. Début décembre Justine décide de modifier l’itinéraire de sa caravane humanitaire pour récupérer un dirigeable et faire des investigations dans les montagnes.

Le 6 décembre, le dirigeable faimouite découvre le village de Koronak en ruines. Le soir l’attaque du grand Skhan de Mandelsy est lancée sur les villes de l’Ouest de la Mandelsy. Le 8 décembre, le dirigeable se pose sur l’aérodrome de Montagarlac et tout son équipage est fait prisonnier. Un traitement spécial est réservé à Justine de Salamille. Dès le 10 décembre celle-ci est détenue prisonnière à Theide attachée à un poteau sur une estrade place Joseph VI. Elle y subit également torture et autres châtiments de la part de la garnison montgarléenne en faction à Theide.

L'estrade de la place Joseph VI, quelques jours après la chute du régime du grand Skhan

Le 16 décembre, le grand Skhan lui accorde un procès. Celui-ci est mené par le colonel Kent, nommé juge pour l’occasion. Deux témoins viennent supporter les différents chefs d’accusation dont elle fait l’objet : Karl Silver Stone et William Arm. Justine de Salamille est condamnée à la peine de mort. Son exécution est alors prévue pour le 19 décembre.

Dans la nuit du 18 au 19 décembre, des insoumis theidois sous la direction d’Alfred Vallamir et en coopération avec la marine faimouite parviennent à la délivrer. De nombreuses pertes sont néanmoins à déplorer. Suite à la dizaine de jours de détention, Justine est quant à elle extrêmement affaiblie et présente de nombreuses blessures. Dans les jours qui suivent les quelques survivants fuient vers les montagnes et tentent de trouver un endroit où ils pourront la soigner.

Le 22 décembre, suite à la découverte d’une ancienne base aérienne datant de la grande guerre gécéenne et d’un groupe d’insoumis montgarléens, des soins plus conséquents peuvent lui être administrés. Le 24 décembre, alors que les insoumis marchent sur Montgarlac, les troupes du grand Skhan envahissent la base aérienne et capturent de nouveau Justine de Salamille. Alfred Vallamir est aussi emprisonné au cours de la seconde opération papillon et se retrouve dans la même cellule que Justine. Grâce à un passage secret dérobé dans leur cellule, ils parviennent à s’échapper et à affronter de nouveau le grand Skhan. La capitulation de ce dernier sur Radio Océania marque la fin de la seconde opération papillon.

Au cours de cet évènement, Justine de Salamille aura avant tout été une victime. Du fait des différentes tortures subies au cours de sa détention elle sera opérée en urgence fin décembre et amputée d’une partie de sa jambe droite. Bien que nommée à la tête du conseil de gouvernance de la Mandelsy début janvier, ces blessures lui demanderont plusieurs mois de récupération.

Présidente du conseil de gouvernance de la Mandelsy

Portrait officiel de Justine de Salamille réalisé à l'occasion de sa nomination en tant que présidente du conseil de gouvernance de la Mandelsy

Le 7 janvier 2022, Justine de Salamille est nommée par l'assemblée des Maires présidente du conseil de gouvernance de la Mandelsy. Elle est ainsi chargée de formé une sorte de gouvernement pour gérer le pays pendant que l'assemblée des Maires rédige la constitution de la septième République. Cette mission est donnée pour un an.

Affaires et controverses

Mandat d'arrêt

Dernier avis de recherche

De 2016 à 2021, Justine de Salamille fait l'objet d'un mandat d'arrêt Mandelsien notamment suite à l'affaire des jeux olympique (voir supra). Un avis de recherche est associé à ce mandat d'arrêt. Celui-ci a fait l'objet de plusieurs mises à jour avec une augmentation des primes assorties à sa capture.

  • Avis de recherche du 08-08-2016 : 0 CG
  • Avis de recherche du 12-08-2016 : 1 000 000 CG
  • Avis de recherche du 17-09-2016 : 2 000 000 CG
  • Avis de recherche du 25-09-2016 : 10 000 000 CG
  • Avis de recherche du 20-03-2020 : 150 000 000 CG
  • Avis de recherche du 02-06-2020 : 333 333 333,37 CG
  • Avis de recherche du 24-06-2020 : 493 000 157,12 CG [48]

Ce mandat est abrogé début 2021 du fait de l'arrestation de Karl Silver Stone de même que l'avis de recherche.

Controverses autour de l'opération papillon

L'Opération papillon, qui s'est déroulée le 25 décembre 2020, avait pour but d’arrêter Karl Silver Stone. Avec trois autres personnes (Alfred Vallamir, le Major Roseph Psaline et l'inspecteur Gustave Plack), Justine de Salamille participe et dirige cette opération. Celle-ci se solde par l'arrestation de Karl Silver Stone, la destruction du palais de la République de Valaxtine sur Choisille et la mort d'environ une centaine d'hommes de mains de Karl Silver Stone dont le colonel Rémi Teyel.

Le 02 mars 2021, le journal Océania News Paper annonce dans ses colonnes[49] qu'un collectif de hauts dignitaires mandelsiens envisagent de poursuivre en justice Justine de Salamille pour son implication dans cette opération.

Mapete Papers

Lors du second acte des Mapete Papers à la fin août 2021, on apprend que certains dirigeant mandelsiens pourraient posséder des comptes dans l'archipel mapetien. Si des suspicions se portent sur Justine de Salamille, ce n'est que le 4 octobre qu'Océania News Paper révèle que sa famille possède effectivement des comptes cachés dans l'archipel[50].

Galerie

Notes et références

Notes

  • Hors RP : les photos de Justine de Salamille sont basées sur deux personnes IRL (Anna Torv et Victoria Magrath) mixées avec un visage généré avec le site This Person Does Not Exist. Certains éléments role play du personnage sont aussi issus de ces deux personnes IRL.
  • Hors RP : le nom Salamille vient de Salamandre, sans raison particulière.

Voir aussi

Références

  1. Hors RP : à toute fin utile, sa date de décès est le 20 avril 2052
  2. Voir aussi la Liste des souverains du royaume de Faimicy
  3. Gustino de Salamille est assassiné le 1er mars 1997 par sa sœur Lulaby de Salamille
  4. Malgré sa dénomination de Royaume de Faimicy, ce territoire est bien une république
  5. Hors RP : Les noms des personnes membres du jury sont inspirés de nom d'architectes et urbanistes ou personnes ayant eu une influence importante sur la ville de Tours. Dans l'ordre : Jean Hardion, architecte du théâtre de Tours ; Victor Laloux, architecte de la basilique Saint Martin, de l'hôtel de ville et de la gare de Tours, Jean Nouvel, architecte du palais des congrès; Pierre Patout, architecte de la reconstruction de la ville de Tours; Joël Hardion, architecte du quartier des Fontaines et des rives du Cher et Daniel Buren, artiste du tramway de Tours
  6. Selon la biographie écrite par Alfred Vallamir en 2018.
  7. Hors RP : le nombre de pages et de chapitres sont le mêmes que pour ceux de la thèse de Victoria Magrath
  8. Hors RP : cette rencontre est racontée dans le cinquième volume des cités perdues, Chroniques d'une expédition en territoire Mandelsien, dans le chapitre nommé Première rencontre.
  9. Hors RP : Canitie = processus de grisonnement puis de blanchissement des cheveux
  10. Même si, selon les circonstances, elle se présente avec les cheveux blonds ou bruns.
  11. Hors RP : l'équivalent IRL serait le français tel que parlé en Polynésie française
  12. Ce trait de caractère est notamment à l'origine de sa fuite de Mandelsy en 2016. En 2020, elle peine également à convaincre l'opinion public face aux accusations de Karl Silver Stone. Là encore, elle privilégie une forme de fuite en se faisant oublier quelques temps avant de revenir sur le terrain mandelsien
  13. Communiqué N°8 du grand royaume de Mandelsy
  14. Communiqué N°9 du grand royaume de Mandelsy
  15. Communiqué N°10 du grand royaume de Mandelsy
  16. Communiqué N°14 du grand royaume de Mandelsy
  17. Communiqué N°15 du grand royaume de Mandelsy
  18. Communiqué N°16 du grand royaume de Mandelsy
  19. Communiqué de Justine de Salamille du 12 avril 2014
  20. Communiqué de Justine de Salamille du 25 juin 2014
  21. Sous le grand royaume de Mandelsy, seuls les hommes âgés de 16 ans minimum, fils d'un citoyen Mandelouite, Suffouite ou Talj'Bal, ainsi que les hommes et femmes âgés de 17 ans fils ou fille de citoyen Faimouite possède le statut de citoyen.
  22. Communiqué de Justine de Salamille du 22 juillet 2014
  23. Communiqué de présentation du plan EDEM du 15 juillet 2015
  24. Communiqué du 18 janvier 2015
  25. Communiqué du 23 janvier 2015
  26. Communiqué du 28 janvier 2015
  27. Communiqué du 12 février 2015
  28. Communiqué du 21 mars 2015
  29. Communiqué du 29 juin 2015
  30. Une d'Océania News Paper du 05 juillet 2016
  31. Cette avis ne sera jamais reconnu internationalement. Plusieurs chefs d'états le conteste. Seul le NED le reconnaîtra ce qui sera à l'origine des montés des tensions entre le NED et le district de Mégalipoli où Justine se sera réfugiée à l'automne 2016.
  32. Communiqué de l'assemblée constituante du 8 août 2016
  33. Squit d'Alfred Vallamir annonçant son exil et celui de Justine de Salamille au Peacksburg
  34. Edition N°22665 d'Océania News Paper du 10 Août 2016
  35. Lors de conférences de Nuylnes en 2020, plusieurs acteurs de l'assemblée constituante de la troisième République ont reconnu avoir sciemment monté cette affaire pour éloigner Justine de Salamille.
  36. Le parti en question est Mégalipoli en Transition
  37. N°22753 d'Océania News Paper du 3 novembre 2016
  38. Nom donné à la conurbation de ville formé par la mégalopole d'Argos et celle de Mégalipoli et regroupant près de 100 Millions d'habitants
  39. Squit de Justine de Salamille du 13 novembre 2019
  40. Squit de Justine de Salamille du 29 juin 2020
  41. Squit de Justine de Salamille du 01 juillet 2020
  42. Squit de Justine de Salamille du 02 juillet 2020
  43. Communiqué de l'assemblée des Maire du 14 septembre 2020
  44. Squit de Justine de Salamille du 16 janvier 2021.
  45. Squit de l'Assemblée des Maires du 25 juin 2021
  46. Squit de Justine de Salamille du 15 juillet 2021
  47. Hors RP : ces évènements sont racontés en 24 épisodes dans la le retour de l'opération papillon
  48. Squit du gouvernement Mandelsien du 24-06-2020
  49. Squit d'Océania News Paper du 02/03/2021
  50. Une numéro 24246 du 4 octobre 2021 d'Océania News Paper
Drapeau Mandelsy.png  Portail de la Mandelsy
Fairytale bookmark bronze.png Cet article est reconnu comme « article de bronze » depuis sa version du 19 juin 2022 à 12:41.
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion.