Hamaar’Sarfa-Ty

De Wiki GC
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark bronze.png  Vous lisez un « article de bronze ».
LK LEI.pngLK O.pngLK KAS.pngLK O.pngLK RE.pngLK A.pngLK KAS.pngLK I.png  Cette page contient des caractères lokorake.
Hamaar’Sarfa-Ty
Lokorake hamaarsarfaty.png
Hamaar Sarfa Ty wiki.png
Vue du complexe sportif antique
Présentation
Type d’ouvrage Complexe
Surnom Le grand cirque astyd
Style astyd antique
Architecte Ludrok Ursik Naro
Hauteur 97 m (plus haute tour)
Construction IXe siècle
Propriétaire Drapeau KahanAstyd.png État astyd
Statut patrimonial Monument
Localisation
Site Vieille-ville de Ckrystahal
Pays Drapeau KahanAstyd.png Kahan Astyd
Kahon Drapeau Kahon CK.png Kahon de Ckrystahal
Ville Ckrystahal

Kahan astyd vierge.png

Localisation de la ville
Le Hamaar'Sarfa-Ty
Le Hamaar'Sarfa-Ty sur la carte topographique du Kahan Astyd
Lien sur le site GC

Le Hamaar'Sarfa-Ty (en astydcave : LK ASP.pngLK A.pngLK MI.pngLK AA.pngLK RE.png'LK SE.pngLK A.pngLK RE.pngLK FI.pngLK A.png-LK TY.png, prononcé [amaaʁ.saʁfa.ti]), littéralement, « Grande cours d'amusement »), est le plus vaste et le plus ancien complexe sportif de Ckrystahal et par le fait même, du Kahan Astyd. Considérant l'importance de ses dimensions et la richesse de son histoire par rapport à la quinzaine de hamaar de Ckrystahal, il est souvent appelé simplement « Hamaar-Ty » par les citoyens. Plus grand édifice public de la Ckrystahal antique, il est dédié à presque toutes les disciplines sportives de l'époque de son édification. Il peut également être utilisé pour d'autres types de spectacle ou lors des processions triomphales.

De nos jours, il se trouve dans la vieille-ville de Ckrystahal et reste le théâtre de grands rassemblements lors de festivals, de concerts, ou d'autres grands événements. Le Hamaar’Sarfa-Ty demeure à ce jour la plus vaste enceinte sportive que l'Aldésyl ait jamais connu.

Le 25 octobre 2018, il a été enfin reconnu comme étant un monument du Monde GC[1].

Localisation

Le Hamaar’Sarfa-Ty occupe tout l'espace du promontoire rocheux de Yrk'Fo-Lyr, dans le massif du Mont Pyride, dans le secteur de la vieille-ville. Il s'étend du Grand bassin de Py à la colline de la Forêt circulaire.

Étymologie et terminologie

Le mot « Hamaar'Sarfa-Ty » provient de l'astydcave, de « cours » (hamaar), « amusement » (sarfa) et « grand » (ty). En dehors du Kahan Astyd, il peut être orthographié Hamaarsarfty en Aldérico ou en Aldésyl plus généralement et enfin Amarsarfaty au-delà du continent avec la translittération en deltan.

Fonction

Usage antique

Le Hamaar'Sarfa-Ty est un centre de distraction de masse, une enceinte sportive multidisciplinaire ainsi qu'un agent sanitaire et un poumon économique important. En effet, ses attributs en font un nœud névralgique du tissu socio-économique de Ckrystahal. La place du marché était, dès l'aube, occupée par les commerçants et les citoyens affluaient vers le site. Son développement permit au hamaar d'entrée de prendre son apparence actuelle, richement décorée et embellit de façades complexes. Le rôle du complexe est aussi sanitaire car il rend plus facilement accessible l'hygiène générale de la population. Une section adjacente au premier hamaar couvert était même un hôpital. Le Hamaar'Sarfa-Ty joue aussi un rôle dans l'approvisionnement de l'eau potable. En effet, même-si cet aspect n'est pas vraiment visible, le complexe est un réservoir qui alimente toute la cité antique de Ckrystahal. Une des raisons pour laquelle il a été construit en hauteur.

Même-si le complexe ne remplit pas de fonction religieuse, le site est dédié et « surveillé » par Kahar'Ibu, Bienfaiteur du divertissement entre autre.

Le site était aussi un lieu cérémonial où de grandes processions se faisaient lors des fêtes astyd du Arahk'Ir et Arahk'Ur par exemple. Lors d'événements sportifs de grandes ampleurs ou de victoires militaires, les hamaar étaient envahis par les citoyens pendant que les acteurs des processions défilaient.

Usage moderne

Aujourd'hui, le site du Hamaar'Sarfa-Ty est toujours utilisé pour les grands événements tels que des concerts, des rencontres sportives, des rassemblements populaires ou des séances de cinéma géant en plein air. Le festival de musique électronique Sonro'Ad-Kahan a lieu depuis l'été 2003 et est devenu une attraction culturelle de premier ordre. Les festivaliers ont accès à plusieurs scènes réparties sur tout le site du complexe, offrant ainsi un large panel de genres musicaux électroniques.

Le site du Hamaar'Sarfa-Ty joue encore le rôle de garant du tissu social puisque les thermes sont toujours ouvertes. Il est aussi un point fort du secteur économique puisque le hamaar du marché et les arcades à l'extérieur du bâtiment principal sont toujours actifs. De plus, avec le tourisme, le site est une destination de choix pour les tours opérateurs.

Du point de vue sanitaire, les réservoirs sont toujours utilisés afin d'assurer un approvisionnement en eau potable à la vieille-ville de Ckrystahal.

Le complexe du Hamaar'Sarfa-Ty a fait l’objet de la candidature conjointe de Mapete et du Kahan Astyd, pour les Jeux olympiques d’été 2018[2].

Vue du Hamaar'Sarfa-Ty depuis le quai de la terrasse du Palais de Peuple.

Description

Plan, dimensions et capacité

Dimensions

Le bâtiment principal seul, mesure approximativement 590 m de long pour 190 m de large et une hauteur maximale de 45 m. À cela vient s'ajouter les hamaar couverts qui élargissent le bâtiment à environ 400 m de large pour 800 m de long et une hauteur de 97 m. Le complexe atteint ses dimensions maximales avec le bassin du canal inachevé. Avec une profondeur de 10 m, une longueur de 2,2 km et une largeur de 300 m avec les quais, le canal donne au Hamaar’Sarfa-Ty des dimensions impressionnantes. Le complexe de divertissement de Ckrystahal avoisine les 700 m de large pour 2,3 km de long, grâce notamment au canal et une hauteur totale de 107 m à partir du fond du bassin du canal inachevé. La moitié du terrain fait partie du bassin de rétention d'eau du Grand barrage et l'autre comprend les espaces verts et le complexe en lui-même.

Capacité

À l'époque de sa construction au IXe siècle, Ckrystahal possédait déjà une population assez importante, de l'ordre de 500 à 750 000 habitants. Le besoin sanitaire était pressant et les demandes d'espaces de loisirs non satisfaits. Dès le départ, les plans de construction étaient démesurés. Il est important de mentionner que le Hamaar'Sarfa-Ty a eu deux phases d'agrandissements et les tribunes sont un parfait exemple. Le Hamaar de base s'arrêtait au premier niveau et des deux hamaar couverts, il en existait qu'un. Les estimations de capacité pour la première version du Hamaar se situe entre 125 000 et 160 000 personnes, thermes et tribunes incluses. Les architectes de l'époques ont heureusement prévu des possibilités d'agrandissements et ce fut le cas quand la cité dépassa le million d'habitant. La capacité totale et maximale du complexe même est estimé entre 240 000 à 300 000 personnes. Ces chiffres semblent défier les statistiques mais en 2001, le maire de la ville organisa un événement qui fit office d'expérience à grande échelle. Le site fut étroitement surveillé et les entrées et sorties filtrées afin de maximiser la justesse des chiffres. À terme, la capacité estimé fut de 272 861 personnes.

Architecture intérieure

Le hamaar d'entrée

Le cours d'entrée est une zone commune où tous les citoyens passent obligatoirement et sert aussi de place du marché. Par conséquent, il est décoré afin d'éblouir la foule. Le sol est pavé en motif gris et noir et l'environnement est ponctuée de bancs circulaires où trône divers espèces de palmiers. L'entrée en elle-même est aussi haute que le second niveau et il n'existe cependant aucune trace de la première entrée pré-agrandissement. Elle est constituée d'un succession de trois arches au-dessus desquels les piétons peuvent l'emprunter. Au centre du hamaar est creusé un bassin sacré de forme carrée. Il a pour fonction de refléter le ciel, demeure des Bienfaiteurs. Sur la façade est du hamaar sont sculptées diverses fresques décoratives caractéristiques de l'art astyd. Sur cette même portion, une imposante entrée a été aménagée pour pénétrer dans les hamaar couverts. Celle-ci ce compose de colonnes et d'un fronton triangulaire et le corps de cette portion du bâtiment supporte un dôme. Il est possible d'accéder aux tribunes, ainsi qu'aux différents niveaux, par la façade ouest du hamaar d'entrée et aux terrains par des passages creusés dans les tribunes médianes. Selon les spécialistes, la raison de l'existence même des tribunes dans le hamaar du marché signifie que le complexe servait aux processions triomphales.

Le hamaar principal et circulaire

Ces deux parties du Hamaar'Sarfa-Ty servaient à accueillir les événements sportifs et culturels de grandes ampleurs et il en est resté de même de nos jours. Les hamaar sont juste assez grands pour un terrain de football. Les deux niveaux des tribunes ne sont accessibles que sur la façade nord. Les tribunes médianes n'en comptant qu'un seul et la façade sud, juste le second niveau est disponible puisque le premier est occupée par des arcades limitant le confort des spectateurs. Des loges VIP sont aussi présentes. Ces dernières ont d'ailleurs l'apparence de résidences communes à la vieille-ville. Divers arches, arcs et statues agrémentent le paysages et sur les tribunes médianes, il est possible de voir un obélisque au milieu de celle-ci. Aux temps antiques, il existait un système de velarium afin de protéger la foule des rayons ardents du soleil. Ce système n'a malheureusement pas perduré jusqu'à nos jours.

Les hamaar couverts

Les hamaar couverts sont le cœur même du complexe puisqu'ils hébergent les termes, saunas ainsi que toutes les salles qui peuvent accueillir des activités physiques et sportives. L'intérieur des cours a été aménagé de telle sorte que le visiteur ait l'impression d'être chez lui. Chaises longues, tables où manger et des bâtiments imitant des résidences décorent les lieux. Beaucoup d'arches sont visibles ainsi que des arcs. Le hamaar est délimité par des tourelles aux sommets desquelles brûle un feu.

Les espaces verts

La relaxation est un élément important dans la Ckrystahal antique puisque le complexe dispose de beaucoup d'espace verts de toutes les tailles et offrent de nombreuses commodités. L'aspect des jardins est extrêmement ordonné avec les pelouses qui sont entretenues par tout temps et condition. Puisque le complexe longue les canaux et le lac de rétention du Grand barrage, des quais et promenades sont à la dispositions des citoyens. Ces derniers peuvent d'ailleurs louer un emplacement pour leurs embarcations. Il a toujours été ainsi, même au temps antique.

Architecture extérieure

Les façades

Les façades des cours du Hamaar'Sarfa-Ty sont semblables et respectent un même schéma. Celui-ci consiste à une partie pleine en pierre massive, qui va jusqu'au second niveau des tribunes. Cette pierre est ensuite creusée en arcade de même dimension sur deux étages. Ces dernières ne sont pas aussi hautes que le mur en pierre massive. Au niveau du sol, des commerçants s'établissaient dans les arcades et à l'origine, des fenêtres ou des ouvertures avec balcon ou terrasse étaient présentes au second étage. Mais suite à un séisme qui endommagea l'édifice, les autorités ont décidé de combler ces ouvertures au mur. Mais les couloirs adjacents existent toujours. En haut de ces arcades est aménagé un long et étroit canal où s'écoulait de l'huile. Une cérémonie d'ouverture précédent les jours de fêtes y mettait feu et celle-ci était entretenue tout le temps des festivités.

Situé au sommet des tribunes, s'élève l'attique soutenu par une longue série d'arches suivant la coupe oblong du corps principal du bâtiment. Ces derniers servaient à soutenir le système de velarium au-dessus des tribunes.

Les façades des hamaar couverts sont agencés différemment. Les soubassements étaient des résidences réservées aux personnels d’entretien du complexe et ces dernières étaient creusées dans la roche. Au-dessus d’elles, se situe la terrasse du hamaar couvert inférieur qui est au même niveau que les tribunes hautes. Beaucoup d’ornements y sont présents et la terrasse est délimitée par une ceinture de hauts couloirs à colonnades. Le hamaar supérieur ne compte pas de façade à proprement parlé puisqu’il a été construit directement à flanc de colline. Il compte néanmoins des couloirs à colonnades lui aussi.

Les réservoirs

Le complexe sportif comprend aussi d’immenses réservoirs d’eau potable. Ces derniers ne se voient pas puisqu’ils sont dans les sous-sols et en partis creusés et aménagés dans la colline grâce à un réseau de cavernes naturelles. Un grand système d’aqueduc parsème le Hamaar’Sarfa-Ty et se disperse ensuite dans la Cité.

La statue de Kahar'Ibu

Une imposante statue du Bienfaiteur Kahar'Ibu se dresse devant l'entrée principale du Hamaar'Sarfa-Ty. Elle est sculptée dans le granit et il est difficile, encore aujourd'hui, d'expliquer une méthode raisonnable pour la période antique de Kahan Astyd quant à la taille du matériau.

L'existence de la statue, sa position, son thème et la posture est sujette à controverse. En effet, celle-ci est jugé trop violente, sadique et morbide. Le Bienfaiteur en lui-même est personnifié en une créature humanoïde pouvant être assimilée à un démon.

Au IXe siècle, la symbolique de la compétition sportive dans les cités-État servait à prouver sa valeur, son courage, sa détermination et sa virilité. Il en résultait alors des combats pouvant aller jusqu'à la mort de l'adversaire. Le divertissement de la population se faisait aussi par des spectacles mêlant épées et boucliers. La statue représente la brutalité de ce qu'était à l'époque l'esprit de compétition et les crânes symbolisaient les morts tombés au nom de celle-ci. Le fait que ce soit le Bienfaiteur qui se tient debout signifiait possiblement que c'était lui qui décidait qui devait se sacrifier et que ces guerriers - hommes ou femmes - ne seraient pas oubliés.

Le canal inachevé, quais et promenades

Le site du complexe compte un aménagement pour les courses nautiques. À l'origine, il devait être une section servant à évacuer le trop plein d'eau produit par les fortes pluies ou lors des crues estivales. Mais la construction de barrage en amont ainsi que l'évolution de la technologie le rendit obsolète. Sa longueur totale est de 2 250 mètres pour 250 mètres de largeur. Aujourd'hui, le canal inachevé est un lieu touristique et sportif de choix.

Les Chroniques de Ckrystahal

Le complexe est représenté au même endroit et dans sa globalité dans le cycle romanesque Les Chroniques de Ckrystahal de Sylmyr Firna. Il remplit aussi les mêmes fonctions à quelques détails près. Les lieux sont dans leur entièreté public, les gens peuvent aller et venir presque partout. Les citoyens entrant dans l'enceinte du hamaar doivent revêtir le même vêtement, à savoir une irmyte unicolore. Dernier détail, le bassin dans la cours du marché, représente une image du ciel sur terre.

  • Le Sanctuaire Rah'Fae-Kyr :

Sylmyr Firna incorpora dans le hamaar un sanctuaire où réside des guerriers hors du commun, les Rah'Fae-Kyr. Dans les romans, il est creusé à même la roche et court sous toute la longueur surélevée. La porte d'entrée du sanctuaire y est intimidante et est relativement proche de celle des hamaar couverts. De plus, le hamaar circulaire leur sert de terrain d'entrainement.

  • Autres aménagements :

Les espaces verts du Hamaar'Sarfa-Ty sont beaucoup plus grands dans les romans. Ils sont aussi parsemés de canaux, jets d'eau, cascades, petits boisés, bosquets et se situe à la lisière de la forêt circulaire.

Gallerie

Complexe sportif CK 2.png Complexe sportif CK 3.png Complexe sportif CK 4.png Complexe sportif CK 5.png
Complexe sportif CK 6.png Complexe sportif CK 1.png Complexe sportif CK 7.png
Complexe sportif CK 8.png Complexe sportif CK 9.png
Complexe sportif CK 10.png Complexe sportif CK 11.png Complexe sportif CK 12.png Complexe sportif CK 13.png

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Voir aussi

Inspiration

Sous Cities XL

Un Hamaar'Sarfa-Ty sous Cities XL.

Le concept du Hamaar'Sarfa-Ty est né sous Cities XL[3]. Pendant la construction, de ce qui sera plus tard la vieille-ville de Ckrystahal, Astarys voulut un bâtiment qui pourrait être un symbole de la vie sociale astyd. Il s'inspira donc de la Rome antique et ses Forums, qui sont de véritables places publiques et l'un des éléments fondateurs de la vie romaine. Ne voulant pas « trop » copier sur eux, Astarys s'intéressa à un autre point : l'hygiène. Il se renseigna alors sur les fameuses thermes romaines ou encore les Hammams. L'élément architectural étant un point névralgique pour Astarys, celui-ci opta alors pour les bains turcs.

Un Hamaar'Sarfa-Ty, au coeur de la vieille-ville.

Il entreprit alors une recherche des bâtiments disponible sur XL Nation, un site communautaire de Cities XL, et trouva sa perle rare. Un bâtiment qui en réalité est une mosquée, mais avec une grande cours qui pourrait faire office de bain extérieur. Les minarets ajoutent la touche « orientale » et peu commune des villes construites à cette époque.

Une fois trouvé, il fallait donner un nom aux thermes astyd. La première partie n'a pas été longue à trouver puisqu'elle vient du mot hammam qu'Astarys modifia pour Amar (à l'origine). La seconde partie est venu alors qu'il écoutait un sketch d'Élie Kakou où il jouait Madame Sarfati. Ce fut donc le nom du personnage, légèrement changé pour Sarfaty, qui donna la seconde partie. Ainsi le mot Amarsarfaty était né.

Plus tard, Astarys complexifia le mot, lorsque la ville migra pour Cities: Skylines pour Hamaar'Sarfa'Ty, dans un premier temps. Puis avec l'élaboration de la langue astydcave avec Les Chroniques de Ckrystahal, le mot devint Hamaar'Sarfa-Ty.

Sous Cities: Skylines

Illustration de Constantinople avec son hippodrome.

La perte de Ckrystahal dans sa version Cities XL eut un impact majeur sur le devenir de la vieille-ville, et donc du Hamaar'Sarfa-Ty. En effet, Cities: Skylines était encore trop récent et la communauté de joueur ainsi que de moddeur n'était pas assez développée comme celle de la précédente version. Avec l'impossibilité d'avoir les mêmes bâtiments dans cette autre monture de Ckrystahal, le Hamaar'Sarfa-Ty dû évoluer. Chose fait grâce notamment aux actions permises par le jeu, ainsi Astarys pensa à d'autres moyens de le rebâtir. À l'aide de certains « assets » et « props» , il entrevit une solution à son problème et trouva diverses sources d'inspirations. Étant passionné par l'architecture de l'Empire Byzantin et de son Hippodrome de Constantinople, Astarys chercha sur internet des images le représentant. La forme oblongue du complexe vient donc de là. Mais pour ne pas calquer sur l'aspect romain, il scinda en plusieurs parties la section principale. Ainsi sont nés les autres hamaar qui constituent le complexe. C'est à ce moment-ci que le mot « hamaar » prit son sens de cours. Autre élément qui intrigua Astarys, fut le dénivelé et les différences d'hauteurs auxquels l'hippodrome adaptait ses fondations et ce point fut en parti repris dans la construction du Hamaar'Sarfa-Ty.

Évolution du concept

Dans la version Cities XL, le hamaar est une « simple » station thermale[3], symbole astyd et ciment du tissu social - à l'instar des forums romains - où les citoyens se rencontrent et font des affaires et joue aussi un rôle sanitaire de premier ordre. La différence entre un forum romain et un hamaar astyd réside dans l'aspect politique et religieux, ce dernier n'en ayant pas.

Dans la version Cities: Skylines, le hamaar évolue pour diversifier ses activités. Il devient donc un centre important d'événements majeurs avec d'immenses tribunes, un marché central, des jardins ainsi que des places ou encore des quais aménagés. Naturellement, le hamaar compte aussi des thermes, activité de base et ces dernières sont en parti visibles par les vastes carrés couverts.

Dimensions

Astarys ne se souvint plus des réelles dimensions du Hamaar'Sarfa-Ty, mais il s'était basé sur celles du Circus Maximus de Rome ( ~600 m de long pour ~200 m de large). Sachant qu'une parcelle grillagée dans le jeu vidéo Cities: Skylines valait 10 mètres, il put alors tracer au sol le squelette du hamaar.

Annexes

Articles connexes

Liens externes

Notes et références


Drapeau KahanAstyd.png   Portail du Kahan Astyd         Littérature.png   Portail de la Littérature         Architecture.png   Portail de l'Architecture         Complexes sportifs.png   Portail des Complexes sportifs
Fairytale bookmark bronze.png Cet article est reconnu comme « article de bronze » depuis sa version du 19 juillet 2019 à 11:39.
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion.