Gaëlle Palistrem

De Wiki GC
Aller à : navigation, rechercher
Gaëlle Palistrem
alias Gaëlle Película
Gaëlle Pelicula.png
Nom de naissance Gaëlle Alsthorm
Date de naissance 30 mai 1915
Lieu de Naissance Lapara
DrapeauPolaro.jpg Polaro
Nationalité DrapeauPolaro.jpg Polarienne
Date de décès 15 juin 1994 (79 ans)
Lieu de décès Verbania
DrapeauPolaro.jpg Polaro
Profession Actrice, entrepreneuse et dirigeante d'industrie cinématographique

Gaëlle Palistrem, plus connue sous le nom d'artiste Gaëlle Película, est une actrice, réalisatrice et femme d'affaire polarienne née en 1915 et décédée en 1994.

Elle est l'une des figures tutélaires du cinéma polarien, qu'elle a fortement contribué à promouvoir à l'issue de la Grande Guerre notamment par la création de l'ancêtre du Groupe Paling en 1951. Avec son mari Nathan, un magnat du tourisme sur le littoral, le couple Palistrem se fait connaître nationalement dans les années 1960 avec la création de la Cité du Cinéma aux alentours de Verbania. Le décès de son époux, intervenu avant la fin des travaux, n'a pas pénalisé leurs projets, et au contraire, laissant Gaëlle Palistrem à la tête d'une fortune considérable, a contribué à forger son image de femme forte entièrement dévouée à la cause cinématographique nationale.

Biographie

Jeunesse

Gaëlle Palistrem naît le 30 mai 1915 à Lapara, dans le nord du Polaro. Elle est la fille unique d'un couple de photographes non mariés et à la réputation sulfureuse, réputés pour leurs photographies dénudées. Adolescente, elle sert régulièrement de modèle à ses parents pour tester leurs nouveaux appareils photo, ce qui lui donne rapidement une petite notoriété mais alimente également la moquerie voire la jalouserie de ses camarades. Ses parents cherchent progressivement à lisser leur image, passant des nus à des scènettes figées. Elle conserve malgré tout un statut de marginale tout au long de ses études, tout en la transformant en objet de fantasme tant physique que pour la modernité technologique qu'elle incarne. Il faut dire qu'après l'échec retentissant de la cinématographie à Naterre en 1918, dénoncée comme inutile et dangereuse, la photographie est elle aussi vivement critiquée dans tout le pays. Le décès de ses deux parents dans un accident de tramway la motive à quitter le pays pour tenter sa chance dans une industrie qui se développe de manière prodigieuse en Océania ou en Aurinéa, là où elle avait été tuée dans l'oeuf au Polaro : le cinéma.

Carrière d'actrice

En 1928, en embarque ainsi par ferry direction l'Empire Carnackien où elle espère pouvoir faire carrière dans des studios fondés seulement seize années auparavant : CarnackWood. Gaëlle Alsthrom prend le pseudonyme de Gaëlle Película, signifiant film en Roman - ce qui montre bien d'ailleurs qu'elle ne savait pas du tout où elle allait, puisque la langue n'est pas vraiment parlée en Océania. Elle parvient à décrocher des petits rôles, mais aux problèmes de la langue s'ajoutent ceux de la frilosité des réalisateurs Carnackiens à donner des places importantes aux Polariens. « Pour eux, le Polarien était l'ennemi du cinéma, là où au contraire eux été les sauveurs de cette invention géniale. Me donner ma chance revenait à prendre le risque d'éteindre définitivement les caméras. » écrit-elle non sans amertume dans son autobiographie. Ce nationalisme a en tout cas été relativisé depuis par les historiens du cinéma pour lesquels Gaëlle était surtout arrivée à un moment de grande tension dans le milieu. Reste que son expérience n'aboutit pas, et qu'elle décide de quitter ce continent pour rejoindre une nouvelle place montante du cinéma mondiale : Lutèce, dans l'Empire Deltan.

En 1934, G. Película fait partie des grandes actrices internationales.

Son arrivée dans la capitale impériale est bien plus simple que celle à Carnack : elle parle le Deltan, et les producteurs voient en elle une ambassadrice idéale pour exporter leurs productions en Philicie. Elle décroche plusieurs rôles majeurs, jusqu'à avoir le premier rôle dans un film à vocation internationale. Néanmoins, l'aggravation des tensions diplomatiques symbolisé par le Traité de Néapoli de 1936 (où l'Empire Deltan annexe "légalement" une partie du Bosphoros) se ressent par une précarisation grandissante du cinéma. Sentant le vent tourner, G. Película décide de quitter Lutèce alors que sa carrière n'était encore qu'à ses commencements. Elle se réfugie à Prismérie, île polarienne bordant le Lagos, où elle retrouve son nom de jeune fille et se fait discrète pour ne pas être mise en avant à une époque où tout symbole pourrait être lourdement instrumentalisé, et ce d'autant plus que l'île subit une situation plus que compliquée étant abandonnée par sa métropole devenue le Popularo, puis annexée par l'Empire Deltan qu'elle avait pourtant voulu fuir.

Pendant le conflit mondial elle rencontre Nathan Palinstrem, un cadre de la Générale Prisméroise des Voyages (l'ancêtre d'Élia Vacances) qui, habitué des divertissements impérieux, avait reconnu l'actrice. Lui aussi cherchant à fuir ses anciennes fonctions pour ne pas être obligé de collaborer avec la fascisante gouverneure Sahoni, les deux se mettent en tête d'attendre la fin du conflit pour profiter de l'expérience des deux et ainsi fonder une nouvelle place forte du cinéma et du tourisme. Rapidement en couple, ils ne se marrient qu'à la fin de la Dictature de Chrome, au printemps 1949.

Implications dans le cinéma polarien

Le couple Palistrem en Une du magazine Polaro Dimanche, en octobre 1961.
Entourée d'officiels, Gaëlle Palistrem vient inaugurer le XX mai 1961 la toute nouvelle Cité du Cinéma de Verbania.

Héritage

Paling

Au cours des années 1990, la Cité du Cinéma de Verbania fait l'objet de nombreux travaux d’agrandissement qui doivent porter les ambitions nouvelles de Paling à l'international. Le décès de celle qui avait bâti initialement le complexe pousse l'entreprise et le gouvernement polarien à lui dédié le complexe, désormais nommé Cité du Cinéma G. Película.

Cinéma.png   Portail du Cinéma         DrapeauPolaro.jpg   Portail du Polaro