Communauté autonome de Minel

De Wiki GC
Aller à : navigation, rechercher
Communauté autonome de Minel
Comunitat autònomicà de Minel (ha)
1801 —
Drapeau
Drapeau de la Communauté autonome de Minel.
Blason
Logo utilisé par le gouvernement autonome.
Administration
Pays Drapeauharada.png Harada
Capitale Bronne
Statut d'autonomie 23 mars 1801
14 janvier 1852
27 octobre 1917
18 janvier 1994
29 octobre 2017
Villes 4
Président Emmanuel Ostian
Démographie
Gentilé Minelois/Mineloises
Population 937 466 habitants
Langues régionales haradien
Ville la plus peuplée Bronne
Géographie
Superficie 154 854 km²
Locminel02.png
Situation du Minel (au sud-ouest, en bleu)
Lien sur Squirrel

La Communauté Autonome de Minel (en haradien : Comunitat Autònomicà de Minel) est l'une des Communautés autonomes qui compose la République d'Harada.

Géographie

Situation

La Communauté autonome de Minel est une région située au sud-ouest de l'Harada. Elle est bordée par la communauté autonome de Jonte à l'est, à la communauté autonome de Coles au nord. Elle est aussi bordée par le Sunrise à l'ouest et Gallia au sud.

Climat

Histoire

Antiquité

Durant l'antiquité, il existait plusieurs petites communautés issues du peuple Pharossien réparties sur le territoire du Minel actuel. Toutefois des désaccords existaient à l'intérieur de ce peuple. Lorsqu'un premier conflit éclate entre deux branche, le territoire Minelois n'a pas été conquis par l'Union des Peuples Harens nouvellement formé dans l'actuel territoire de l'Ajuntament de Tashae-Capital. Le territoire Minelois est toujours occupé, à cette période de l'histoire, par le peuple Pharossien.

Durant l'Empire (De -657 à 1196)

C'est vers les années -600 que la situation évolue. L'Empire Haradien envahit de nouveaux territoires et entre en conflit avec de nombreuses tribus, dans une grande partie du sud du pays. Pour l'État Haradien, la conquête de l'actuel territoire du Minel et de la communauté autonome de Jonte était un objectif capital pour la conquête du Revada (l'actuel Australia). L'empire désirait plus que tout contrôler le Revada pour y installer des bases et des camps pour emprisonner les opposants.

En -530, une partie du territoire du Minel est conquise en moins de quelques mois. L'Empire y fait appliquer la loi de l'enrôlement automatique. Chaque homme agé de plus de 12 ans partait ainsi dans les guerres de conquête de l'empire. Les populations étaient également victimes de vols, de réquisitions.

Ces famines et ces réquisitions ont causé, dans tout l'empire, la Revoltes de les colònies (en deltan : la Révolte des colonies) en -500. La violence de la révolte surprit l'armée de l'Empire d'une telle manière que l'empire a du se replier sur lui même avant de signer un accord de non agression avec les pharossiens.

Le territoire Minelois n'a fait parti de l'Empire que pendant 32 ans. En -498, le territoire est libéré de l'Empire et occupé à nouveau par le peuple Pharossien.

Cette situation évolue à nouveau en -46. Alors que l'Empire avait une économie florissante, l'économie locale mineloise s'effondre et est incapable d'entretenir une armée défensive. En -44, une nouvelle offensive de l'Empire vers le sud du pays est lancée. Celle ci réussi en -41. A partir de cette année, le Minel est divisé en 125 petites provinces appelées comtats autònom.

Jusqu'en 122, année du couronnement d'un nouvel empereur, qui avec la volonté de l'empereur de mettre fin à l'influence des groupes citoyens, ces groupes étaient formés par des citoyens haradiens volontaires et leur avis pesait sur les décisions de l'Empire. La fin des groupes fut le début d'une perte de liberté des citoyens. L'empereur entendait mener le pays d'une main de fer. Cette décision aboutit à une révolte. Cette révolte a éclaté le 5 janvier 138 sur le territoire minelois avant de s'étendre sur d'autres territoires de l'Empire. Cette révolte se termine avec le massacre de près de 30 000 révoltés par l'armée impériale rien que sur le territoire minelois.

En 473, une nouvelle révolte éclate depuis le Minel et s'étend sur le reste du territoire. En effet, l'état voulait supprimer certains pouvoirs conférés aux comtats autònoms, suscitant la colère de celles-ci qui déclenche un conflit avec l'Empire. La société était ainsi divisée entre les autonomistes et les centralisateurs. Ce conflit a, selon les historiens, fait environ 10 000 morts sur le territoire. L'armée impériale réussit à reprendre le contrôle. Cette guerre pris fin avec la signature d'un accord qui assurait une certaine autonomie des comtats autònoms en échange du respect des lois par celles-ci.

Le Minel durant l'arrivée des Deltans

Lorsque les deltans envahissent par l'Est de l'Harada, vers les années 1000, l'Empire est coupé en deux : les deltans envahissent très rapidement le sud de l'Empire, y compris le Minel, qui passe sous contrôle deltan, tandis que le nord est toujours contrôlé par l'Empire Haradien.

En 1196 a lieu la révolution dans l'Empire Haradien, qui instaure la République en 1200. Des centaines de minelois tentent de se révolter face à l'envahisseur mais échouent.

Pendant des siècles, le territoire Minelois est sous contrôle de l'Empire deltan, la langue haradienne y est officiellement bannie, mais toujours parlée.

Le Minel durant la chute de l'occupation deltane

A partir de 1680, voyant la chute à venir de l'Empire deltan, la République d'Harada va lancer plusieurs offensives vers le sud, afin de libérer les territoires minelois, jontaises, colèses et d'Edric.

C'est une libération lente qui s'opèrent mais qui porte ses fruits : le territoire minelois est libéré en 1702. Cependant, l'État haradien décide d'interdire le deltan comme langue officielle.

Le Minel dans la République et l'ère industrielle

La révolution industrielle est la période de la renaissance économique du Minel. Le territoire minelois s'industrialise rapidement et entre ensuite dans l'ère industrielle avec beaucoup plus de dynamisme que la plupart des autres territoires haradiens ou même philiciens.

Cependant, à partir de 1791, les minelois ne comprennent pas pourquoi le Minel ne possède pas un statut d'autonomie propre. A cette époque, le territoire minelois est contrôlé depuis la capitale du pays, Tashae. De nombreuses émeutes éclatent un peu partout sur le territoire minelois. Une mise à jour de la Constitution a permis en 1793 d'autoriser à ce que le Minel accède à l'autonomie. Voir 3.2

Politique et administration

Organisation institutionnelle autonomique

L’organisation des institutions autonomes du Minel est fondée sur un Parlement autonome élu au suffrage universel; un gouvernement et un président, le chef du gouvernement autonome.

Le Parlement de Minel (en haradien : Parlament del Minel) comprend - comme toutes les communautés autonomes depuis la restauration des statuts d'autonomies - 82 députés, élus pour un mandat de quatre ans au scrutin proportionnel. Il exerce le pouvoir législatif, dans la limite des compétences attribuées par la constitució ou son statut d'autonomie, et le contrôle du gouvernement. Le Parlement de Minel élit le président de la communauté autonome qui dirige le gouvernement régional.

L'actuel titulaire de ce poste est, depuis le 27 janvier 2018, Emmanuel Ostian. Cependant, après les élections autonomiques de Minel du 3 juin 2018, le gouvernement Ostian reste en fonction jusqu'à ce que le Parlement autonome ait voté un nouveau candidat à la présidence.

Les institutions siègent à Bronne, qui est également la capitale de la communauté autonome.

Histoire politique et statut d'autonomie

1er statut d'autonomie : 23 mars 1801

La Constitution d'Harada reconnaît « et garantit le droit à l'autonomie et des régions qui la composent ». Elle souligne aussi que les statuts sont la norme institutionnelle fondamentale de chaque communauté autonome et l'État les reconnaît et les protège comme partie intégrante de son ordre juridique.

Le 1er janvier 1801, le Parlement national approuve la création d'un statut d'autonomie pour la communauté autonome de Minel. Elle entre en application le 23 mars 1801 avec la création du Conseil autonome de Minel (en haradien : Consell Autònom de Minel).

14 janvier 1852 : 2nd statut d'autonomie

Le Parlement de Minel, à Bronne

Le 2nd statut d'autonomie permet la création d'un Parlement autonome. Il est proposé par le Conseil autonome de Minel et est approuvé par le Parlement national le 20 décembre 1849. Le Parlement autonome a été construit - comme son parc voisin - par l'architecte Josep Fontserè. Il est inauguré lors des premières élections autonomes convoquées par le Conseil autonome le 3 janvier 1852.

27 octobre 1917 : 3ème statut d'autonomie

Le 20 mai 1917, le Parlement autonome se prononce en faveur d'un nouveau statut d'autonomie. Celui ci adopte un pacte fiscal permettant une importante autonomie fiscale ainsi que, pour la première fois dans l'histoire de l'Harada, le deltan est reconnu comme langue officiel dans une communauté autonome.

Cette seconde proposition ne plait pas au gouvernement et à la Présidence de la République qui dépose un recours devant le Tribunal Constitutionnel.
Ce dernier juge que la réforme du statut d'autonomie est anticonstitutionnelle. Le 18 août, le Tribunal Constitutionnel, revient sur sa décision et ne suspend plus la réforme.

Ce troisième statut d'autonomie est adopté à l'unanimité par le Parlement autonome le 20 octobre 1917 et entre en application le 27 octobre.

18 janvier 1994 : 4ème statut d'autonomie

Le 4ème statut d'autonomie dissous le Conseil autonome de Minel (en haradien : Consell Autònom de Minel) et le remplace par le gouvernement autonome de Minel. Ce statut est voté par le Parlement autonome le 10 janvier 1994 et entre en vigueur le 18 janvier, après les élections autonomiques qui ont vu la victoire de l'Union Démocrate.

2015 : la Charte des autonomies

29 octobre 2017 : restauration des statuts d'autonomies

Lors de la réforme territoriale voulue par le Gouvernement de Sophie Deziel, les statuts d'autonomies sont tous rétablis lors des élections autonomiques du 29 octobre 2017. Cependant, le nombre de députés assignés est - provisoirement - de 82 députés par communauté autonome. Lors des prochaines élections autonomiques, le nombre de députés sera proportionnellement calculé à partir de la population d'une communauté autonome.

Article 44 : Tutelle

Depuis la fin de la guerre civile, l'article a été utilisé contre le gouvernement de Jérome Paquette.

Crise de Minel

Loupe Wiki GC 2020.png Article(s) détaillé(s) : Crise de Minel

Le 13 Novembre 2017, Jérome Paquette, alors Président de la communauté autonome de Minel, suite aux élections autonomiques du 29 octobre 2017, décide de déposer un recours devant le Tribunal Constitutionnel contre la loi relative à la détention et l'utilisation des armes à feu, adopté par le Parlement national.

Le Tribunal Constitutionnel juge la loi conforme à la Constitution. Cependant, le Gouvernement autonome décide d'annuler les effets de la loi dans sa région, sans l'accord de son parlement régional, ni du gouvernement central. Le Gouvernement central pose un ultimatum jusqu'au 22 novembre au gouvernement régional pour appliquer la loi, que Jérome Paquette a décidé d'annuler. Cet ultimatum fut ignoré par le gouvernement régional.

Lors d'un conseil des ministres extraordinaire, le Gouvernement national peut décidé d'enclencher une mise en demeure du Gouvernement régional et de mettre la région sous tutelle, comme le stipule un article de la réforme territoriale :

Vote de l'application de l'article 44 de la Constitution, le 27 novembre 2017.

« Si une Communauté autonome viole la Constitution ou agit de façon à porter gravement atteinte à la liberté et aux intérets publics, le Gouvernement national, après avoir préalablement mis en demeure le Président de la Communauté autonome et si cette mise en demeure n’aboutit pas, pourra, avec l’approbation du Parlement national et du Président de la République d'Harada, prendre les mesures nécessaires pour la contraindre à respecter ces obligations ou pour protéger l’intérêt général mentionné. »

La destitution du Gouvernement Régional de la communauté autonome de Minel est adoptée par le Parlement. [1]

Jérome Paquette et son gouvernement sont donc destitué à l'aide de l'article 44 de la Constitution.[2]

L'article 44 de la Constitution permet donc au gouvernement national que toutes les compétences prévues par les statuts d'autonomies pourraient être reprises en main par le gouvernement national : la santé, l’éducation, l’administration ou encore la police.

Économie

Démographie

La population s'élevait à 937 466 habitants en décembre 2018.

Langue

L’haradien et le deltan sont les deux langues officielles de la Communauté autonome. L'haradien et le deltan sont parlés par plus de 80% des minelois, qui parlent donc couramment les deux langues. Seul 13% de la population parle uniquement le deltan et 7% parlent uniquement l'haradien.

Ce taux élevé de bilingues est lié à la mis en place de l'enseignement obligatoire, lors de la présidence de Tamara Olkins, de l'haradien et le deltan dès le plus jeune âge, qui est maintenant obligatoire au niveau national.

Transports

Références

  1. [1], Résultat de vote au Parlement nationale sur la dissolution du Parlement autonome et la destitution du gouvernement de Jérome Paquette, le 27 novembre 2017.
  2. [2], annonce de la destitution du gouvernement et de la mise sous tutelle, le 29 novembre 2017. (en haradien)