Château Lavicien

De Wiki GC
Aller à : navigation, rechercher
Fairytale bookmark gold.png  Vous lisez un « article d'or ».
Label Eiffel d argent.png  Vous lisez un article récompensé par les Génération City Awards par un « Eiffel d'argent ».
Château Lavicien
Futimu - Château Lavicien 1500px.jpg
Le Château ainsi que la place de la liberté.
Présentation
Type d’ouvrage Château
Destination initiale Place forte, siège politique
Destination actuelle Musée
Architecte Auguste Quirinal (Prismérie)
Construction Mi-XVe siècle pour le château fort originel, 1789 pour sa première version dé-fortifiée du château Lavicien, 1819 pour le château Rocca Pia
Propriétaire DrapeauPolaro.jpg État polarien
Statut patrimonial Monument national
Localisation
Pays DrapeauPolaro.jpg Polaro
Province Sunparad
Département Oxaire (38)
Ville Futimu

Carte Satellite flat 2018 petit.jpg

Localisation de la ville
Château Lavicien
Château Lavicien sur la carte topographique du Polaro
Lien sur le site GC

Le château Lavicien est un château et un monument historique polarien situé à Futimu, dans le Sunparad (Polaro).

L'édifice en lui même a connu trois périodes distinctes, de la fortification ( milieu XVème siècle à 1785) au château Lavicien en tant que tel ( 1789 - 1793), puis celui dit de Rocca Pia (dès 1819). Il a donc s'agit d'une place forte de sa métropole à l'époque moderne, puis résidence du Gouverneur de la Province lors des deux Fédérations (du XVIIème siècle au XIXème), ainsi que de siège pour l'éphémère République du Sunparad pendant la Grande Guerre. Le site est reconnu à travers tout le pays dès le XIVème siècle, mais ce n'est que lors de la Grande Guerre et le débarquement des Aventures de Kalem avec les soldats ancériens que le château prend son nom actuel ainsi que son prestige historique comme fantastique. C'est aujourd'hui un musée, qui accueille près de 3,5 millions de visiteurs par an.

Le lieu est parfois utilisé comme décors pour des négociations internationales de médiation menées par le Polaro. Ce fut notamment le cas avec l'Ancore et l'Euralie en 2017, ou encore avec le Chancelier néo-deltan Alexander Zelevas en 2019. À chaque fois ces rencontres ont donné lieu à des consensus, parfois surnommés Accords de Futimu ou Lavicien.

Localisation

Futimu - 2.jpg

Le Château Lavicien est situé au nord des limites de la vieille ville de Futimu, symbolisées par le fleuve Tivoli. Au nord de cette bordure naturelle se trouve le Quartier Roxel-Lay, deuxième plus important centre d'affaires du Polaro notamment grâce aux sièges d'entreprises technologiques originaires de Divia. Le château a donné son nom à tout le quartier qui l'entoure, ainsi qu'à l'université ouverte dans les années 1960 sur la rive gauche du Tivoli.

Le site est relié aux réseaux de transports en commun, avec deux arrêts de métro et de monorail portant à chaque fois les noms Liberté ou Lavicien.

À noter que la ligne de monorail, présente seulement depuis les années 1990, passe en dessous d'une partie des jardins du château, afin de ne pas nuire à la vue et au cadre historique unique dont jouit l'édifice.


Vue aérienne de la place, en 2017.

Ancienne Place de la victoire, le rond point ou Place de la Liberté fait face au Château Lavicien auquel elle est historiquement rattachée.

La première colonne centrale est érigée dès 1785 afin de célébrer l'établissement de l'Alliance de Kalos et la réconciliation avec Galax. Cependant elle est rapidement démolie, dès la fin de ce pacte unifiant les trois provinces du sud-est polarien, afin d'être remplacée par une à la gloire du seul Sunparad. Elle reste en état jusqu'à l'occupation golcitienne de la ville pendant la Grande Guerre, où elle est abattue pour être remplacée par un monument de propagande à la gloire de l'occupant. À la Libération, la colonne est restaurée suivant un modèle mélangeant la première et seconde version du monument. Elle devient rapidement un des symboles de la capitale sunparadienne délivrée, et témoigne aussi du retour en grâce de l'héritage de Kalos. Elle gagne alors son nom actuel, célébrant la Liberté retrouvée d'une ville qui a pourtant lutter avant de tomber aux assauts fascistes.

Axe central de communication du centre ville, elle voit se croiser les 2 plus importants boulevards de cette partie de Futimu ce qui la confronte à un trafic assez important. La municipalité a à plusieurs reprises essayer de limiter le passage des voitures à proximité en développant les transports en communs comme le métro ou le monorail, voire en proposant une piétonisation d'une partie des voies, mais les projets ont soit été abandonnés, soit ils n'ont pas été suffisamment efficace. Le site dispose ainsi de 2 arrêtes de métro et de monorail dans les 500 mètres qui l'entourent.

Histoire

Futimu - Château Lavicien schéma.png

Château fort des Laviciens

Une gravure de ce qui restait du château fort, en 1786.

Le premier édifice connu à l'emplacement de l'actuel château est un château fort bâti au milieu du XVème siècle, pendant le Gouvernorat deltan. Situé à l'extrême nord des limites de Futimu, c'est un poste défensif majeur dans la protection de la capitale du Sunparad face aux multiples attaques de ces voisins, principalement les Provinces Unies de Galax et le Comté de Primpania. Le fort est bâti sur les rives du fleuve Tivoli, qui sert déjà de frontière nord naturelle. Cette construction est rendue possible en grande partie grâce aux dons de la famille des Laviciens, plus hauts dignitaires militaires de la ville et chargés de sa mise en sureté. C'est là que grandit Kalem Lavicien.

Siège du pouvoir politique

La Révolution projette le jeune Kalem Lavicien à la tête de la province du Sunparad. Ami et soutien militaire de poids d'Alexian de Chantilly lors de sa reprise du pays, il est nommé gouverneur d'une province dont une grande partie de l'aristocratie locale ayant été jugée coupable de trahison pour s'être alliée avec le Prince Tencent. L'aura de son nom ne fait pas oublier sa réputation d'homme passéiste, se revendiquant d'une simplicité médiévale pourtant passée de mode. Dès sa nomination, il décide malgré tout de délaisser le siège officiel du pouvoir régional, situé dans le très chic centre-ville, pour faire du château fort familial la nouvelle place forte politique de Futimu. Cette décision est extrêmement critiquée par les aristocrates de tout le pays, dont certains y voient le signe de « la misère de la contre-révolution paysanne ». Après des mois de polémiques, et sur les conseils de son intendant Philippe Hackenberg, Lavicien se résout à faire construire une bâtisse plus en phase avec son temps mais sans pour autant toucher au lieu où il a passé toute son enfance.

Le premier Château Lavicien

Plan de la façade du premier château.

Les travaux débutent ainsi en 1785 et se poursuivent jusqu'en 1789, sous la direction de l'architecte prismérois Auguste Quirinal qui venait d'achever les restauration du Palais Palesterg. La taille somme toute modeste du projet permet d'expliquer la rapidité des travaux, bien que de très nombreux édifices de tout le pays demandent encore à être réparés suites aux combats de la révolution polarienne.

Le rapprochement diplomatique avec une partie des Saoris d'Ancore, peuple peu connu en dehors des récits d'expéditions qu'en a fait P. Hackenberg lorsqu'il était encore aventurier, met rapidement le nouveau palais en valeur puisque c'est là que se déroule la rencontre de Futimu (1790). L'intendant écrit dans ses mémoires : « Kalem mit également en avant l'alliance du château fort familial ainsi que de sa nouvelle bâtisse, plus aux goûts du moment, comme symbole de sa capacité à récupérer le 'courage et la loyauté de sa lignée comme du moment présent' se plaît-il à répéter à nos visiteurs. Quelle fierté d'être l'intendant qui lui a inspiré l'érection du nouveau château, celui même qui sert aujourd'hui de cadre idéal pour impressionner visuellement nos invités au moins autant que ce qu'eux nous donne à entendre. ». La délégation étrangère réside au nouveau palais tout au long de son séjour, la famille Lavicien vivant elle toujours dans l'ancien château. Les rencontres alternent entre les salles austères de l'ancienne place forte et les salons richement décorés du nouveau pavillon, ce qui donne « une impression de voyage » se félicite l'ancien explorateur Hackenberg.

Mais si cet événement confère au château une exposition exceptionnelle, l'impopularité des actions de son propriétaires auprès de la noblesse locale ternis sa réputation, certains chroniqueurs de l'époque allant jusqu'à parler d'une « résidence de campagne greffée monstrueusement à des ruines des temps obscurs ». Des critiques sévères, mais d'autant plus puissantes que l'architecte A. Quirinal dénoncera lui même une fois les travaux terminés qu'il s'attendait à la destruction de l'ancien château une fois le nouveau achevé, conserver les deux étant « une crime à l'esthétique » s'étouffe-t-il dans les gazettes de l'époque.

L’Ère Rocca Pia

L'assassinat de Kalem Lavicien le 20 septembre 1792 puis son remplacement par Guillaume Rocca Pia marque le début de la seconde phase du château. En effet, pour son successeur l'urgence est d'effacer l'héritage de l'ancien gouverneur, qui a payé de sa vie sa volonté de nouer des alliances et de laisser sa politique guidée par sa « simplicité médiévale » : son premier projet est de reconstruire le château, bien plus grand et en détruisant finalement tout ce qui restait du château fort que K. Lavicien avait tant protégé. Actant le déménagement du siège provincial à cet emplacement, G. Rocca Pia fait démarrer les travaux dès le printemps 1793, en rappelant A. Quirinal pour enfin dresser un palace aux normes de l'époque incluant un budget bien plus conséquent et surtout la destruction de l'édifice originel qui avait tant traumatisé l'artisan. La difficulté du chantier est pourtant clairement sous-estimée : alors que la livraison de l'édifice est datée pour 1806, elle n'intervient finalement qu'en 1819. La démolition des parties fortifiées de l'ancien édifice ont en effet beaucoup retardé les travaux, de même que les changements incessants d'intendant provincial qui rendent la gestion du projet beaucoup plus erratique que prévu. En revanche, le site perd son nom de château Lavicien dès la disparition de ce dernier : appelé formellement Palais Provincial du Sunparad, il prend progressivement le nom de son nouveau propriétaire sans garder aucune trace des premiers édifices.

Le 18 janvier 1822, le château accueille au nom de la Polaro - drapeau 2nde fédération petit.png Seconde Fédération polarienne une délégation sunrisienne venue négocier un traité pour fixer définitivement la frontière que partagent les deux pays. Les négociations sont plutôt rapides, aucun des deux États ne souhaitant se lancer dans des calculs hasardeux sur une frontière qui n'a finalement que peu d'intérêt vu le peu de ressource qu'elle a pour l'époque. Un accord mutuel de reconnaissance et respect des frontières entre Galax et York est signé le 20 janvier, permettant au Polaro d'atteindre les frontières qu'il a encore aujourd'hui.

À partir de 1883, alors que le Lancaster a déclaré la guerre à la Fédération et a commencé à envahir le nord du territoire, bon nombre de nobles et d'aristocrates s'exilent dans la capitale provinciale la plus éloignée possible de cet envahisseur nordique : Futimu. Beaucoup découvrent alors que l'époque du « chevalier roux » résidant dans sa forteresse est révolue depuis bien longtemps, et que le nouveau château comme son nouveau locataire correspond parfaitement aux critères de l'époque. En 1891 les troupes lancasteriennes passent les portes de la ville de Nacre, entrant pour la première fois dans la province du Cosmos. Un vent de panique saisit alors la capitale Galax, qui se sait en danger puisque n'étant qu'à quelques jours de marche des soldats ennemis. Les autorités fédérales commencent des négociations plus poussées pour mettre fin au conflit le plus rapidement possible, mais organise aussi en parallèle l'évacuation des biens de valeurs de la capitale vers des villes plus éloignées, et notamment au Sunparad. Une attention toute particulière est donnée au tableau de Paul Mallerg, Le Banquet de la Fédération (1847), qui symbolise la grandeur et l'honneur de la Seconde Fédération. Son transfert s'organise avec un niveau de sécurité aussi élevé que si on transportait le gouverneur général lui même : l’œuvre quitte le Palais Palesterg pour gagner celui de Rocca Pia, « la plus belle des retraites » défend le gouverneur du Cosmos d'alors. La toile prend place dans la grande salle des fêtes, où de nombreux bals sont organisés en l'honneur de ce symbole très important d'un régime pourtant au bord de l'effondrement. Le plus célèbre tableau du Polaro ne quitte le palais qu'une fois la guerre terminée et la République proclamée en 1896, date à laquelle il intègre officiellement la collection de la nouvelle résidence présidentielle à Galax, le Palais Rotemberg.

De la République à la Grande Guerre

Le nouveau régime marque la fin officielle de la noblesse, mais transpose l'ordre établi au sein d'une république. Le château est une des marques de cette continuité, puisque si le gouverneur n'est plus nommé ou désigné de manière héréditaire, mais désormais élu par la population de toute sa province, le siège du gouvernement local reste le palais à la gloire des Rocca Pia et du Sunparad. C'est d'ailleurs l'héritier de la famille, Frederik Rocca Pia, qui est le premier élu à ce poste désormais avant tout symbolique puisque le pouvoir républicain s'est centralisé à Galax, en réponse à la désorganisation et à l'incapacité des neuf provinces à répondre à l'attaque militaire lancasterienne. En signe d'apaisement, le locataire du château lance la construction d'une grande fontaine à la gloire de la République, juste en face de l'entrée principale du château. Ce symbole pro-République est achevé au printemps 1901, puis inauguré par le Président de la République lui même au cours de l'été suivant. De nombreux témoins attestent pourtant d'un vif accrochage entre le gouverneur et la présidence polarienne, cette dernière trouvant la fontaine bien trop petite en comparaison avec l'immense colonne qui trône au centre de la place de la victoire, elle aussi en face du château.

En 1904, le nouveau président fraîchement élu Nicolas Vermont demande à ce que Le Banquet de la Fédération, « symbole d'un régime qui a failli », soit renvoyé au château Lavicien puisque le garder au palais présidentiel de Galax serait « souhaiter la même fin à la république » peste le chef de l'État lors d'une allocution publique. Le tableau reprend ainsi sa place dans la grande salle des fêtes, jusqu'en 1918 où l'alternance politique provoque le mouvement inverse pour l’œuvre, devenue enjeu politique.

Pendant la Grande Guerre, l'une des ailes du château est réaménagée en hôpital de campagne pour les soldats blessés.

Le Palais est ensuite occupé par les gouverneurs successifs, jusqu'à la Grande Guerre où le Palais est un lieu clé de la résistance. En effet, après le coup d'État communiste au parlement national de Galax, suivi de la proclamation de la République Populaire du Polaro le 13 février 1939, le Sunparad proclame son autonomie par la voix de l'ancien ministre de l'intérieur du Polaro, qui a réussi à survivre à l'attentat. Le Palais Lavicien devient ainsi, naturellement, la résidence du président de la République du Sunparad. L'ancien ministre James Olire prend la tête d'un gouvernement allié qui doit lutter contre d'une part les communistes, et d’autre part les goldcitiens qui incluent le Sunparad dans leur « campagne de libération du communisme », même si forcément Futimu n'est pas une cible prioritaire des fascistes. Assez rapidement, le nouveau régime utilise le bâtiment comme local de stockage d'arme ainsi qu'hôpital improvisé afin de soigner les blessés de la guerre civile qui fait rage entre communistes, fascistes pro-Harada/Lancaster et loyalistes républicains.Les registres tenus à l'époque fait état de près de 18 500 soldats et civils passés par le château pour y être soigné.

Attaquée de toute part, la jeune République est renversée en septembre 1947. Le siège du pouvoir républicain dissident est repris par les troupes goldcitiennes qui détruisent la colonne de la Place de la Victoire pour y dresser un monument glorifiant l'envahisseur. La ville est malgré tout rapidement restituée à l'État polarien, dictature fasciste soutenue dès sa création en 1939 par les États de Ligue Impérialiste. La fin de la Grande Guerre en Philicie modifie que peu la donne au Polaro, puisque le régime d'Antoine de Chrome propagandise autour de la « chute de la république traitresse et monstrueuse qui gangrénait le plus beau château du Polaro ». Le site intègre rapidement les clips de propagande témoignant du « retour dans le droit chemin » du Sunparad « égaré et manipulé par des hommes vendus à des puissances étrangères », alors que sur la façade ouest la Ligérie continue de résister grâce à l'aide ancérienne. En dehors de ce rôle de figuration, le château est délaissé, vidé de ses activités : l'administration est entièrement concentrée à Galax puisque les autorités craignent une révolte républicaine ; et hors de question d'en faire un lieu culturel, le régime ayant des priorités militaires et économiques bien plus urgentes à gérer. À la Libération de 1950, le Palais est le dernier endroit aux mains des forces du régime dictatorial d'Antoine de Chrome, mais aucun combat ne s'y déroule pour autant. L'ancienne province rebelle célèbre au contraire sa libération comme il se doit, l'une des premières actions étant de remodeler la désormais Place de la Liberté afin d'effacer les traces de l'invasion, et au contraire de renouer avec le passé de la province que beaucoup ont redécouvert pendant la guerre grâce aux soldats ancériens.

Réhabilitation de l'héritage Lavicien

En effet, cette période est extrêmement importante dans la construction de l'identité même du Sunparad. Venus en nombre dès la proclamation de la République alliée, des soldats ancériens apportent avec eux quelques affaires supplémentaires afin se divertir lors qu'ils ne sont pas en mission. Parmi ses objets de loisir se trouvent plusieurs exemplaires d'un manga saori populaire : Les aventures de Kalem Lavicien. Or peu soupçonnaient que les lieux décrits dans la fiction existaient réellement :

C'est comme si je connaissais déjà ce lieu, comme si j'y étais déjà venu. Avant même de descendre de mon convoi quelques noms me sonnaient familier, mais c'est en arrivant au château que j'ai compris que cette guerre ne nous épargnera donc aucune étrangeté... je te demande de me croire, mais le château dont je te parle, ressemble grandement à celui des mangas que l'on avait l'habitude de lire ensemble quand nous étions plus jeune : je jure devant Dieu que le château de Futimu est celui de Kalem Lavicien[1] ! La première fois que je leur ai demandé, les locaux ne semblaient pas savoir de quoi je parlais, ignorant jusqu'au nom de Kalem bien qu'ils reconnaissaient parfois les Laviciens comme ayant été une grande famille d'autre-fois. Je me souviendrai toute ma vie du regard agar que m'a lancé le premier homme auquel j'ai montré un exemplaire du manga, car même sans savoir le sens de lecture l'homme eut immédiatement la même stupeur que j'avais eu en arrivant chez eux. Depuis, il ne veut plus me rendre mon livre, il l'a lu en moins d'une demi-heure et m'a demandé si j'en avais d'autres ! Il passait les tomes ensuite à sa famille, puis à ses amis... ces aventures semblent leur donner une fierté nouvelle, voyant dans ce manga la fierté d'une histoire qui pourtant les mettait aujourd'hui au bord du gouffre de la guerre. Un espoir que nous sommes là pour leur apporter, par nos fusils comme par nos mangas.

Extraits d'une lettre envoyée par un soldat ancérien à sa femme, datée d'octobre 1942.

La circulation des mangas est très active dès les mois qui suivent l'arrivée des renforts ancériens dans la ville rapidement assiégée de toute part. Le potentiel politique de l'oeuvre, parlant d'un chevalier mythique qui, d'après les recherches des historiens de l'époque, a semble-t-il bien avoir existé, est rapidement perçu par les autorités sunparadiennes comme un élément de réconfort puissant pour ses troupes, ainsi qu'une légitimation historique face à la dictature qui se revendique seul héritier possible du Polaro.

À partir du rétablissement de la République Polarienne, le gouverneur de région récupère ses locaux historiques après les quelques mois de travaux de réhabilitation du lieu encore marqué par le conflit. Le nom de château Rocca Pia avait été délaissé au cours du conflit au profit de Palais Sunparadien, incarnant la province toute entière, le retour au sein du Polaro défait cette habitude qui cède du terrain à une appellation devenue de plus en plus populaire au cours de la résistance : le château de Kalem Lavicien. Profitant de l'occasion de marquer un prestige passé idéalisé, et d'en faire un écho que la Libération actuelle, les autorités insistent afin de faire du château Lavicien le seul nom qui aille. Cette désignation est pourtant un total non sens historique, étant donné que le réel Kalem Lavicien n'est pas responsable de l'aspect actuel du château, et qu'il est même mort avant que l'édifice ne soit réaménagé de la façon dont il est encore aujourd'hui. Un débat historiographique se fait de plus en plus virulent dans les années 1960, faisant de cette inexactitude l'emblème de la critique contre la nature ouvertement « fantastique » de la licence de manga désormais bien implantée dans le pays tout entier. Le débat est tranché en 1957 afin la disparition du prénom de Kalem dans l'intitulé officiel du bâtiment, le ministère de la culture insistant que « le nom du château revient à la famille Lavicien, qui en a été à l'origine, même s'il a depuis perdu ses fortification et que son apparence est toute autre ». Une justification fragile, mais qui arrive néanmoins à calmer les critiques, alors qu'en parallèle l'influence politique décroît fortement sur la ligne scénaristique de l'oeuvre.

Reconversion en musée

Dès les années 1960, des groupes de pression - issus du monde de la culture comme du syndicalisme de la fonction publique - réclame le déménagement des administrations, le lieu n'étant absolument pas adapté à accueillir des services d'un État moderne. Le manque d'espace, les très importants chantiers de modernisation pour apporter le téléphone, le fax puis internet, ainsi que la configuration peu optimale du site (salles en enfilades, longs couloirs...) finissent par motiver l’exécutif local à déménager. Dès 1974, un nouveau bâtiment est construit dans le quartier Roxel-Lay, à moins de 5km du château. Le complexe administratif est nommé symboliquement Hôtel de Province Kalem Lavicien, symbolisant la continuité du lieu abritant le pouvoir local qui s'y installe en 1979. En retour, il est décidé que le château, patrimoine exceptionnel d'envergure internationale, doit prendre pleinement sa place dans le paysage culturel polarien : c'est le début de la transformation du lieu en galerie d'art et musée. Il ouvre définitivement ses portes au public le 1er septembre 1980.

En novembre 2016 Château Lavicien remporte le vote (avec 48% des suffrages) organisé par le Comité Culture afin de choisir les deux dossiers qui seront ensuite examinés afin que le meilleur des deux entre au patrimoine mondial, le plus haut rang possible. Pour autant, le site futimois s'incline suite au vote technique du comité : « Mais ce qui a fait gagner la citadelle de Torrence, c'est l'immensité du monument et son imposance, un atout léger certes, mais un atout que le Château Lavicien n'avait pas. » explique le directeur de l'organisation ocgcéenne[2]. Cette défaite provoque immédiatement un « nouveau mélodrame » dans l'opinion publique polarienne, d'autant que la candidature que Galax pour les Jeux Olympiques de 2016 avait échoué exactement de la même manière note PolaroTV[3].

En septembre 2020, la gouverneure du Sunparad, Flora Aspezzi, annonce vouloir retenter l'inscription de l'édifice parmi le Patrimoine mondial[4], alors qu'il faisait partie des monuments refusés suite à la cyber-attaque qui avait endommagé les fichiers nationaux.

Utilisation diplomatique contemporaine

La diplomatie polarienne, guidée par les principes de la politique dite « du phare » instaurés à la fin de la Grande Guerre mais mis en application seulement dans les années 1990, a rapidement fait du Château un des lieux symbolisant le pays tout entier. Considéré comme plus neutre que les lieux de pouvoirs à Galax, la République en fait une place habituée pour les rencontres internationales, notamment lorsque le Polaro mène des négociations de médiations entre deux acteurs étrangers.

  • Du 21 au 27 octobre 2017, Nathan Pitcairn, président de l'Ancore, et Lucien d'Eural, son homologue euralien se rencontrent au Château Lavicien à l'invitation du président de l'Union Philicienne Nathanaël Dalion faite quelque jours plus tôt[5]. Les deux pays sont alors au bord du conflit militaire ouvertt, en pleine Crise Euralienne dans laquelle l'Ancore a imposé un blocus maritime à l'Euralie qui menace d'utiliser des armes nucléaires sur des pays étrangers. « Si aucune avancée n'est conclue dans les plus brefs délais, ou si une des deux parts refuse de se rendre à la conférence de Futimu, des sanctions seront immédiatement enclenchées contre le pays qui conduit cette attitude » menace directement l'UP. Les deux parties acceptent de se rencontrer pour chercher « l'apaisement de la situation en baie de Crimésie et la désescalade entre les deux pays » annonce un communiqué[6]. Ces négociations aboutissent puisque le 11 au matin sont signés les Accords de Futimu, qui prévoient notamment une réducation de l'arsenal nucléaire de l'Euralie ainsi que l'organisation d'élections dans cette monarchie autoritaire[7].
  • Le 7 juin 2019, Alexander Zelevas, chancelier du NED et Morgan Nwabudike, son principal opposant, se rencontrent au Château Lavicien à l'invitation du président du Polaro Aurélian Castle[8][9]. Les deux hommes d'État s'accusent mutuellement d'être responsables de la crise financière qui a éclaté sur les places boursières nédoises, le premier accusant le second de vouloir le déstabiliser quand ce dernier réclame ouvertement la tenue d'élections. Sous pression du Polaro et de Julia Keberg, la présidente de l'OCGC, le chancelier Zelevas accepte finalement d'organiser des élections[10], et ce au terme d'une négociation de plusieurs jours à Futimu.

Le château actuel

Futimu - Château Lavicien Plan 1000px.jpg
Vue de la Galerie du Triomphe, qui relie la salle des fêtes à l'entrée principale du château.

Le bâtiment en lui même est composé peu ou prou de trois parties.

L'Aile Nord regroupant le musée de l'Histoire polarienne : le Sunparad, de Kalos à la guerre. Dédié entièrement à la Grande Guerre Gécéenne pour plus de la moitié de cette section, ce musée retrace les événements qui ont marqués la région tout en le mettant en perspective avec ses résonances dans le reste du Polaro occupé. En 2009 l'aîle a été réaménagée comme lorsqu'elle servait d'hôpital pendant le conflit mondial, une première depuis la fin des combats du milieu du XXème siècle.

Cette partie était historiquement dédiée aux écuries, puis aux logements des servants, ce qui explique la présence de grandes salles qui étaient à l'origine des dortoirs.

Le bâtiment principal et l'aile sud accueillent sont eux devenus un gigantesque musée d'art cette fois. Il regroupe de grandes œuvres, dont la plus connue est évidemment Le Banquet de la Fédération, qui alterne sa présence tous les dix ans entre la Salle des Fêtes de Lavicien, et le Musée Rotemberg de Galax. Cependant, l'établissement public cherche encore à s'affirmer à l'international, même si la taille réduite de sa collection ainsi que le faible espace dédié aux installations réduit forcément son potentiel.

Il contient également d'ancien vestige du passé politique du lieu, avec l'assemblée provinciale et le bureau du gouverneur, visitables avec les galeries. C'est également dans cette partie centrale que se trouvent tous les appartements privés qui témoignent de sa fonction d'ancienne résidence officielle.


Les jardins sont un exemple parfait des "jardins à la polarienne". Très inspiré des "jardins à la lagosienne" de Prismérie, on y retrouve des éléments clés de ce style comme les axes parfaitement rectilignes ou encore les nombreuses haies formant des figures géométriques. Le touche polarienne se fait sentir au niveau de la végétation, beaucoup plus importante que dans la plupart des jardins lagosiens. De très nombreuses statues et fontaines, représentant des allégories ou des personnages historiques de la région et du Polaro. À noter qu'aucune d'entre elles ne représente Kalem Lavicien ou un membre de sa famille, puisqu'ils étaient en disgrace - puis rapidement oubliés - au moment de la réalisation de la majeure partie de ses décorations extérieures.

Les jardins sont découpés en 4 espaces représentant les 4 départements de la province: l'Oxaire (ayant pour capitale Futimu), la Côte d'Or (Divia), l'Univa (Fontaine-les-Parades) et le Limousin (Mire). L'entrée est elle coupée par la gigantesque Fontaine de la République, dont les visiteurs sont obligés de faire le tour pour pouvoir accéder au château.

Expositions

Le château accueille également plusieurs expositions annuelles, temporaires, dont le but est d'attirer l'attention des visiteurs sur une période ou un fait historique particulier, et ce à travers des œuvres et pancartes explicatives. Le site profite ainsi de sa grande visibilité pour servir de décors parfois à d'autres culture, répondant à sa mission « d'ouverture d'esprit » telle que définie lors de sa transformation en musée :

Fréquentation

Le château est le deuxième lieu le plus visité du Polaro, juste après le Musée Rotemberg de Galax.

La fréquentation du site est globalement à la hausse depuis le début des années 2000. En moyenne sur les dix dernières années (2010-2020), 3,3 millions de personnes parcourent le château tous les ans, soit toujours en moyenne 1,8 millions de polariens (Prismérie inclue) et 1,6 millions d'extra-polariens. La fréquentation globale du site a augmenté d'un million de personne depuis 2006, pour une augmentation moyenne de 2,51% par an ; même si ce chiffre cache de grandes disparités, avec des hausses de 12% entre 2009 et 2010 quand on assiste à une chute équivalente de 2017 à 2018. L'afflux national reste lui pourtant relativement stable, avec une fréquentation alimentée avant tout par les sorties scolaires provenant de tout le pays (46% des entrées nationales) ainsi que les visites familiales (38%). L'essentiel de la hausse passe avant tout par les touristes étrangers.

L'année 2018 marque en cela un tournant, puisque pour la première fois le nombre de visiteurs non-polariens égalise celui des touristes nationaux. Depuis, on assiste cette majorité s'est confirmée avec une progression autour des 55% pour 2020 selon les dernières prévisions. Ce taux devrait se stabiliser autour des 60 à 70% selon les estimations de la Cour Provinciale des Comptes. La majorité des visiteurs non polariens provient avant tout des pays de l'Union Philicienne, Sunrise en tête mais suivi de près par l'Harada et l'Ancore. Ce pays a vu son afflux touristique doubler en 2017 suite à la visite du Président Nathan Pitcairn pour signer la fin de la guerre avec l'Euralie, ce qui explique la hausse momentanée de fréquentation à cette date.

Le château et les arts

La couverture du tome 38 montre clairement une réplique exact du château Lavicien, alors qu'historiquement le réel Kalem Lavicien ne l'a jamais connu sous cette forme.

Les aventures de Kalem Lavicien

Loupe Wiki GC 2020.png Article(s) détaillé(s) : Les aventures de Kalem Lavicien

Le château Lavicien est l'un des principaux lieux de la saga Les aventures de Kalem Lavicien, série initialement de manga qui se base sur les légendes racontées autour de ce personnage historique. Si, comme dans la réalité, le palais est montré comme dans son état actuel alors qu'il n'est sous cette forme qu'une fois après la mort du gouverneur. Cet anachronisme, récurent parmi les principales controverses historiques autour de la licence, a été en partie corrigé en 1985 avec l'ajout par les scénaristes d'un château fort « très proche du château », sans pour autant en faire partie comme c'était pourtant le cas à l'époque. Le deuxième film, Retour aux origines , est sorti en salle en 1987 notamment avec comme objectif affiché d'insérer un lieu fortifié à l'histoire principale, et ce de manière beaucoup plus prononcée qu'auparavant. En dehors de cette grossière erreur, la plupart des lieux représentés, d'intérieur comme d'extérieur du château, sont plutôt correctement représentés. Et assez ironiquement, la fontaine de la République, datant elle du début du XXème siècle, n'apparaît plus dans les œuvres à partir de la fin des années 1980.

Cette volonté d'assurer un semblant de crédibilité à la saga peut se voir également comme une tentative de légitimation de la série, qui fait face à la montée des critiques (principalement à caractère historique) et qui l'oblige à modifier son contenu sous peine d'être traité comme « une fable cousue de mensonges pour enfants idiots » selon l'expression restée célèbre du ministre de la culture de l'époque.

Peinture

Futimu - Château Lavicien tableau 1000px.jpg

La plus célèbre toile exposée au château est incontestablement le chef d’œuvre de l'art fédéraliste peint par Paul Mallerg en 1847, Le Banquet de la Fédération. Les mouvements de va-et-vient entre Galax et Futimu ont sans aucun doute participé à créer la curiosité autour de ce tableau, qui par tradition continue de naviguer entre le château Lavicien et le Musée Rotemberg à un rythme d'un voyage tous les dix ans.

Plusieurs autres tableaux s'inspirent, ou ont même parfois pour modèle le château.

Les membres de la communauté sont invités à contribuer à cette section. Votre aide est la bienvenue !

Cinéma
En dehors des films tirés des Aventures de Kalem Lavicien, plusieurs autres productions citent voire ont des scènes tournées au château :

Récompenses

Le Château a fait l'objet d'un grand nombre de récompenses, de différents ordres :

  • Sa page wiki est labelisée en janvier 2020 comme page de rang Or, soit la plus haute reconnaissance possible. La critique salue un article « complet, illustré, des liens partout, magnifiquement sourcé, bref le fruit d'un long travail méticuleux ! », et le juge va jusqu'à déclarer qu'il lui semble que « cet article est un des meilleurs du Wiki GC ».[11]
  • Aux Génération City Awards 2020, le monument comme sa page wiki se sont vu décernés tous deux un Eiffel d'Argent suite aux votes de la communauté pour les sélections WikiGC[12] et sélection CCGC[13].

Notes et références

  1. XXX, dessinateur et scénariste ancéro-polarien, était venu visiter le château dans les années 1910 afin d'adapter les comtes de Kalem Lavicien en manga, nouveau format visuel qui se développe à l'époque en Ancore mais qui reste confidentiel dans le reste de la Philicie.
  2. [1] Résultats des votes pour introduire au Patrimoine mondial un nouveau monument, par Gandalf le 12 novembre 2016 sur le forum.
  3. [2] L'essentiel du 19 novembre, édition de PolaroTV.
  4. [3] Squit de Flora Aspezzi sur la relance de la candidature du château Lavicien pour le patrimoine mondial, le 1er septembre 2020 sur Squirrel.
  5. Pour un apaisement de la question euralienne, communiqué de l'Union Philicienne le 18 octobre 2017.
  6. Conférence au Château Lavicien sur la crise Euralienne, communiqué de la ville de Futimu sur le site du Monde GC, le 21 octobre 2017.
  7. Accord de Futimu sur les événements d'Octobre entre la confédération insulaire d'ancore et l'Euralie, communiqué officiel du président Nathan Pitcairn le 26 octobre 2017, sur le site internet du Monde GC.
  8. [4] Squit de la Présidence polarienne invitant M. Nwabudike et A. Zelevas à Futimu, le 31 mai 2018.
  9. PolRadio 2, le flash du 7 juin 2019.
  10. [5] Squit du journal L'Arcadien sur l'organisation de nouvelles élections, le 7 juin sur Squirrel.
  11. [6] Publication des jugements du wiki gc, par Askamih le 6 janvier 2021 sur le forum.
  12. Résultats de la sélection Wiki GC aux GCA 2020], le 6 janvier 2021
  13. Résultats de la sélection Wiki GC aux GCA 2020], le 6 janvier 2021

Voir aussi

Présentations sur le forum


Articles wiki connexes

Squirrel avec le #ChateauLavicien

Site du Monde GC

Construction ingame : château construit sur Cities XL grâce au Pack de bâtiment parisien conçu par aitortilla01. Les haies sont l’œuvre du gécéen Ezekh, même si le téléchargement du mod n'est plus disponible sur GC depuis le changement de forum. Le monorail, la fontaine principale comme toutes les autres statues et décorations proviennent également de XLNation.

Architecture.png   Portail de l'Architecture         DrapeauPolaro.jpg   Portail du Polaro
Fairytale bookmark gold.png Cet article est reconnu comme « article d'or » depuis sa version du 15 décembre 2020.
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion.