Baptiste de Juliers

De Wiki GC
Aller à : navigation, rechercher
Icone-boite.png   Cet article est une ébauche.
Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant. Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé quand l'article comporte assez de renseignements encyclopédiques.


Baptiste Eduart Alfons Jülisch-Vada
Baptiste de Juliers
Ducroix-BaptisteDeJuliers.png
Portrait de Baptiste de Juliers peint par le peintre julierains Romère Ducroix en 1800
Date de naissance 4 mai 1763
Lieu de Naissance Saint-Juliers (Drapeau Duché de Juliers.png Duché de Juliers)
Date de décès 12 août 1809 (à 46 ans)
Lieu de décès Maris Cantii (Drapeau Vasel.png Vasel)
Assassinat
Sépulture Sainte Cathédrale des Juliers, Saint-Juliers
Nationalité Drapeau Duché de Juliers.png Julieraine puis Drapeau Vasel.png Vaseloise
Allégeance Drapeau Duché de Juliers.png Armée Julieraine
Drapeau Vasel.png Révolutionnaire
Contre-révolutionnaire
Arme Cavalerie
Commandement Armée Julieraine
Armée indépendantiste mélantoise
Conflits Révolution vaseloise
Guerre de Voekmatt
Faits d'armes Bataille de Robersart
Bataille de la Mélantii
Siège de Maris Cantii de 1808
Bataille de la Varennes
Bataille des Jeannois
Bataille de Bérardier
Bataille du saint Pons
Hommages Stade Baptiste de Juliers, Saint-Juliers
Statue Baptiste Julisch-Vada, Grand-Place de Saint-Juliers
Baptiste, marque de shampoing mélantoise
Place Baptiste de Juliers, Saint-Juliers
Autres fonctions Duc de Juliers (1779-1809)
Urbaniste
Famille Julisch-Vada (Juliers-Vade), branche de la famille Juliers
Moyenne Armoirie Duché de Juliers.png

Baptiste de Juliers, de son vrai nom Baptiste Eduart Alfons Jülisch-Vada detanisé en Baptiste Édouard Alphonse Juliers-Vade, également appelé Baptiste II de Saint-Juliers et surnommé Baptiste le grand, né le 4 mai 1763 à Saint-Juliers et mort le 12 août 1809 à Maris Cantii, membre de la maison Juliers sous la branche Juliers-Vade est le 17ème et dernier duc de Juliers du 24 mars 1779 jusqu'à sa mort le 12 août 1809. Il a régné sur le duché de Juliers de 1779 à 1809, soit un total de 30 années de règne.

Baptiste de Juliers est célèbre pour ses talents de dirigeant, de grand réformateur et pour son génie militaire; il a participé et a gagné la Guerre de Voekmatt de 1795 à 1800 opposant les duchés mélantois de Juliers, de Jeannois, et de Dédeugnon et leurs alliés dans une guerre de succession et a participé à la Révolution vaseloise dans les deux camps, de 1802 à 1807 en tant que Révolutionnaire et durant l'année 1808-1809 en tant que coalisé au coté du Grand-Duché de Treveri et du Royaume de Branaut.

Biographie

Éducation

Portrait du jeune Baptiste de Juliers à la cour julieraine

Dès son jeune âge, Baptiste de Juliers a reçu une éducation digne des plus grands monarques. Son éducation fut mené par les plus grands précurseurs de l'époque. Son père, Charles-Théodore de Juliers, confie donc son éducation aux barons de Ménard et de Jacquet. Ces derniers avaient la lourde charge de former le futur duc à ses devoirs de représentation et choisissent des personnalités en vue pour le reste de l'éducation proprement dit.

Il se forme à l'art de la diplomatie mais surtout à l'art de la guerre. Dès 7 ans, le jeune duc commence l'équitation, il s'amuse déjà à chasser dans les forêts julieraines. Il prend par rapidement aux plaisirs de la cour et passe la majorité de son temps dans les jardins des palais juleirains.

De 12 ans jusqu'à ses 14 ans, le jeune noble par à Maris Cantii pour développer ses connaissances et de rencontrer les diplomates avec qui le futur duc aura à travailler. Au sein de la cour marisoise, le jeune duc fait la connaissance de Marie-Jeanne d'Ecquemicourt, la jeune fille a le même âge que Baptiste de Juliers, elle est la fille aînée du duc d'Ecquemicourt, les deux jeunes tombe amoureux. Lors de son retour pour Saint-Juliers, les deux jeunes gens s'écrivent souvent. Finalement, ils se marieront à 16 ans lors de la montée de Baptiste de Juliers sur le trône julierains, 2 ans après avoir fait leur connaissance.

Début du règne

Lors de la mort de Charles-Théodore de Juliers le 16 février 1779, le jeune duc n'a encore que 15 ans. C'est donc sa mère, Martha-Anna de Juliers, qui assura la régence du duché pendant un peu moins de deux mois. Ainsi Baptiste de Juliers est couronné duc de Juliers le 4 mai 1779 dans la Sainte Cathédrale des Juliers. Dans la foulée, de grandes festivités sont organisées à travers tout le duché pour célébrer le nouveau duc et pour son mariage avec la jeune Marie-Jeanne d'Ecquemicourt. Ce sont, au final, six jours de grandes fêtes que le nouveau duc a organisé à l'honneur de son duché et de son peuple.

Vue du Pont Saint-François sous le règne de Baptiste de Juliers

Lors des premières années de son règne, Baptiste de Juliers continue sur la ligné de son père en œuvrant pour la capitale; il rénove les rues des bourgs, agrandit le quartier Vada, et refait certaines façades de grands monuments julierains. Mais à contrario de son prédécesseur, il ne délaisse pas les diverses provinces du duché en lançant de grands travaux dans les villes et villages julierains. Ces travaux permettent, dès le début de son règne, à renforcer l'autorité du duc et à s'attirer les faveurs du peuple. Grand urbaniste reconnu, le duc conçois souvent ses propres plan et refaisant les villes de son pays comme il le souhaite. De la réalisation à la direction, le duc contrôle donc d'une main de fer tout le processus de l'urbanisation de la Julierie, puis même dans un second temps de cités évroises comme Izicourt ou même de la capitale d'Argenon.

Pendant ces grands travaux, l'argent commence à manquer. Mais au lieu d'emprunter, Baptiste de Juliers décide, avec l'aide de ses conseillers, d’entamer de lourdes réformes monétaires, puis économiques, pour surmonter la crise dût à ses folies architecturales et urbanistiques. Les impôts sont augmentés, le salaire des ouvriers légèrement baissé, de nouvelles taxes sont créées surtout sur les produits arrivant des duchés voisins. Le but est de faire des économies tout en recherchant de nouvelles sources de revenus. Également, sous cette ère l'industrie minière de la ville commence à prendre son essor, les usines à charbon n'arriveront plus d'un siècle après mais les exportations vers des villes comme Saint-Martin en Leu font déjà parties de la vie des julierains. C'est aussi à cette époque que l'extraction de pierre et de grès reprend dans des carrières laissées à l’abandon depuis le moyen-âge. La ville tourne donc à plein régime et ces grandes réformes faramineuses paieront finalement et le duc réussira à relancer l'économie de la Julierie tout en renflouant les caisses du duché.

L'après réformes, une période d'or pour Baptiste de Juliers et son duché

Grâce aux grandes réformes mises en place par le duc, c'est en 1784 que l'économie reprend vraiment. Ses travaux finis et la période de festivités passée, l'argent rentre dès lors dans les poches du duc. Ces pièces récupérées ne servent pas à organiser des banquets comme certains monarques, mais Baptiste de Juliers décide d'ouvrir des bibliothèques dans les grandes villes du duché, de soutenir les industries comme les paysans, ou encore de reloger des familles vivant dans les faubourgs de Saint-Juliers. S'attirer les faveurs du peuple est ainsi essentiel pour que le règne du duc se passe le calme et sans encombres. Comme son père, le jeune duc se forge une réputation de "bâtisseur". Il érige ainsi de nouveau bâtiments supplémentaires, continue l'expansion du quartier Vada qu'il avait commencé dès le début de son règne, et renforce les défenses du duché pour se préparer en cas de guerre.

En Jacquet, il lance un projet de restructuration de la région en grenier à grain de Saint-Juliers, la capitale, Bourg-Jacquet devient une plaque tournante du blé dans toute la Mélantii sous la volonté du duc. En Martisienie, il favorise l'industrie textile autrefois située sur le cours de la Vigoune, il l'a déplace donc sur un territoire au sud de son duché et donc plus ouvert sur le reste du Vasel. Dans les régions aujourd'hui évroises de Julierie, il donne leur donne une autonomie accrue mis à part dans la région conjossarde. Ses réformes tiennent bon et rapportent tellement de sous à l'état, qu'en 1786, Baptiste de Juliers va proposer à ses ministres la plus grande église titaniste de Mélantii mais cette idée ne va pas être acceptée car ses conseillers avaient une autre proposition : Construire un fort à Trémaux. Cette ville formait une des enclaves julieraines en territoire, soit jeannois, soit dédeugnonnaise, il était donc impératif de mieux protéger cette ville dans cette période d'insécurité et de troubles majeurs. Finalement, le duc suivit l'avis de ses conseillers et lança donc la construction de nouvelle fortification dans la capitale du Val-Trémaux. Il veut donc offrir à ses sujets, un duché en forme économiquement et militairement prêt à affronter n'importe quelle crise.

Portait de Baptiste de Juliers peint par Romère Ducroix en 1800.

Le règne de Baptiste de Juliers vit aussi une jouissance culturelle. Guillaume Thibert, qui connu le duc très jeune, est le symbole de la poésie et du théâtre julierains. Bien qu'il mourra à Maris Cantii en 1798, il laissa une empreinte majeur sur le règne du duc en finissant notamment sa trilogie de Firago avec le Le père coupable. Autre artiste marquant du règne du duc, Romère Ducroix est un des plus grand peintre vaselois. Il a peint notamment le célèbre portrait de Baptiste de Juliers célébrant sa victoire pendant la Guerre de Voekmatt en 1800. L'héritage de ses hommes se ressent encore aujourd'hui, cette période étant un âge d'or pour l'art julierains. Des espaces de représentations comme le Théâtre des Juliers ou l'Opéra Jülisch-Garniil sont la preuve de cette puissance culturelle tout du long du Duché de Juliers. Le duc côtoyer donc régulièrement ses hommes étant même le plus souvent leur mécène pour qu'ils puissent continuer de créer et faire "rayonner l'art mélantois".

Une période trouble pour le duché

Malgré la prospérité apparente du duché de Juliers, le Vasel vit une période trouble entre la guerre des quinze mois et la révolution vaseloise. Les julierains ne sont d'abords pas touchés par les échos des conflits touchant les Royaumes de Cantii grâce aux nombreuses réformes mises en place par Baptiste de Juliers mais les nombreuses conséquences commencent à impacter le duché. Les julierains vont commencer à vendre plus d'acier pour les canons des armées cantii mais moins d'autres produits de secondes nécessité. Le duc et son pays sont donc moins touchés par la crise économique majeure. Les mines et les ateliers tournent, Baptiste de Juliers donne l'ordre de réorganiser son armée. Il va acheter de armes de meilleures qualité aux cantii, refait les régiments, placarde des affiches dans les villes pour que les jeunes hommes rejoignent l'armée, il sent qu'un conflit est proche.

En effet, en 1792 éclate la guerre des quinze mois... (j'attend plus de rp dessus)... A la fin de cette guerre les duchés mélantois sont au bout. L'instabilité a laisser place l'insécurité. Des émeutes éclatent dans toute la mélantii, les ducs s'insultent et se provoquent et c'est finalement l'attaque d'un fort julierains par un régiments dédeugnonnais qui est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Prit d'un coup de folie, Baptiste de Juliers déclara la guerre au Duché de Dédeugnon, avec ses alliés évrois et branuyers, avec aussitôt la réaction des ennemis des julierains le Duché de Jeannois qui vient en aide à son allié dédeugnonnais : C'est le début de la Guerre de Voekmatt.

Ascendance

Héritages et hommages

Bibliographie

BlasonSaintJuliers.png   Portail de Saint-Juliers et sa région         Drapeau Vasel.png   Portail du Vasel         Logo armée.png   Portail de la Défense         Science.png   Portail de la Science