Île du Prince Edward

De Wiki GC
Aller à : navigation, rechercher


Île du Prince Edward
Prince Edward Island
PrinceEdwardDrapeau.jpg
Drapeau de l'île du Prince Edward
Devise nationale God Defend the Whale
(celte)
Dieu défend la baleine (deltan)
Hymne national God Save the Whale
Administration
Forme de l'État Régime d’assemblée
Président de l’Assemblée Sir Alexender McBoer
Gouverneur Samantha Alderness
Conseiller des Affaires Étrangères Devon Bagdy
Capitale Halifax
Géographie
Superficie totale 86,4 km²
Superficie en eau 1,4 km² (1,6%)
Fuseau horaire UTC +11
Démographie
Gentilé Edwardien, Edwardienne, Les Whales
Économie
Monnaie Livre Whale
Divers
Code ISO 3166-1 PEI, PE
Domaine Internet .pei
Lien sur le site GC
Lien sur le forum

L’Île du Prince Edward (aussi appelée Whale Island, Prince Edward Island en celte) est un micro-état insulaire d’Aldésyl situé dans l’Océan Atlantide Sud, à l’ouest de la République des Royaumes de Vasel.

L'île fut découverte en 1642 par le grand explorateur Celte Sir Francis Brake accompagné par le Prince Edward-Auguste de Kent, fils cadet du Roi Celte (?). L'île reste une possession du Royaumes unis des îles Cerbères jusqu’en 1907 où elle prend sont indépendance. En 1930, l’économie de l’île s’effondre après l’interdiction internationale de la chasse à la baleine et mène le pays à la faillite et à la fermeture de toutes les routes commerciales, le pays se retrouve alors complètement isolé.

En 1980, le nouveau gouvernement met en place de nouvelles mesures économiques pour rouvrir le pays au monde extérieur.

En 2018, le pays entre à l'OCGC et rejoint le TACOS en 2019.

L'île à pour capital Halifax, seule et unique ville de PEI qui regroupe plus de 90% de la population. La langue officiel est le Celte mais la grande majorité des habitants parle aussi le Deltan de part les échanges commerciaux privilégiées que l'île entretient depuis sa colonisation avec le Vasel. La monnaie officielle est la Livre Whale, mais le Cantii est aussi accepté dans la plupart des magasins et restaurants du centre ville.

Géographie physique

PEI carte monde1.jpg

Situation

Prince Edward Island se situe dans l’Océan Atlantide Sud à égale distance entre les côtes d'Aldésyl et de Philicie. L'île que bien isolée fait partie d'un vaste archipel d'îles éparpillés dans l’océan qui résulte du mouvement des plaques tectonique et de la forte activité volcanique qui en résulte. L'île est née par 4600 mètres du fond de l'océan après une activité volcanique intense, le Mt-Brake (1650 m) émergea voici quelque 3 million d'années. L'île se forma autour du Mont hors de l'eau. Après une intense activité et des éruptions explosives du volcans, le Mt-Brake se calma et eut sa dernière éruption voici 12 000 ans, mais le cœur reste encore chaud avec une température de 200°c vers 2000 mètres de profondeur, d'où les sources hydrothermales de Bennery Lake. Toute l'histoire volcanique de l'île est évoquée à la Cité du Volcan sur les bords de Bennery Lake

Relief

Prince Edward Island carte topographique

L'île de Prince Edward est en fait constituée de deux îles séparées par un bras de mer, le Bedford Bassin. Ce bras de mer serait le résultat de l'effondrement d'un premier volcan survenu il y a 2 millions d'années. Le relief de l'île est assez accidenté. La roche volcanique est progressivement érodée par les précipitations ce qui a adouci le relief de l'île. Du fait de la relative jeunesse de l'île, le littoral est aussi très accidenté et l'océan attaque avec violence les falaises.
La partie Sud-Ouest de l'île principale où est constitués d'une vaste pleine bordée par des plages de sable corallien. C'est sur cette pleine que se sont installé les premiers colons en 1642. La pleine est protégés des vents dominant par Prim Point et de la houle par Governor Island qui fait office de protection naturel pour la Pownal Bay et l'entrée du port d'Halifax dans le Bedford Bassin qui même lors de grosse tempête restent protégés.
Au Sud Est de l'île se trouve la faille de Prince Edward qui descendrait jusqu'à -4120 mètres de profondeur. Au Nord-Ouest se trouve la fosse de Lachaber descendant à -3528 mètres de profondeur. Ces deux fosses ne formaient qu'une seul et même fosse il y a 3 millions d'année avant l'apparition de l'île.


Climat

Le climat est océanique doux
Isolé au milieu de l'océan Atlantide, Prince Edward Island bénéficie d'un climat océanique qui se catégorise par des températures ambiantes très douces en hiver et chaudes en été qui flirtent en général avec les 30°C en janvier et février; voir plus lorsque des cyclones passent à proximité de l'archipel, dirigeant vers lui des courants chauds de secteur nord. L'archipel peut en de rares occasions en être la cible. La pluviométrie est constante tout au long de l'année avec des piques de précipitations sur les mois hivernaux qui connaissent également les températures les plus basses voir négatives en de très rares occasions (comme lors des hivers 1936 et 1975).


Tableau climatique à Prince Edward Island
Tableau des précipitations à Prince Edward Island


Paysages et nature

L'île de Prince Edward se caractérise par une végétation composée de bosquet de grands arbres (gommier), de palmiers (cocotier) et d'une végétation basse assez dense. Les pentes du Mt-Brake sont pratiquement dépourvue de végétation haute. On y trouve une végétation rase composée de graminées et de petits buissons. L’exploitation du bois par les colons pour la construction et le chauffage et la déforestation pour l'implantation de culture et de prairie ont détruit 80% des bosquets de l'île. Ceux-ci se sont régénérés depuis le début du XXème siècle et l’arrêt de l'exploitation forestière. On estime aujourd'hui que l'île est plus boisé que lors de l'arrivée des colons au XVIIème siècle avec l'introduction de nouvelles essences dans les parcs et jardins qui se sont propagés à l'ensemble de l'île.
Une zone humide, Herbert Swamp, à la végétation de type mangrove recouvre toute la partie centrale de la petite île. On trouve également une zone humide sur la rive Est de Bennery Lake, nommée Nenny Swamp
Plusieurs petits lacs sont répartis sur l'île, le plus grand d'entre eux Bennery Lake bénéficie d'un point chaud situé à -2000 mètres qui lui permet d'avoisiner une température de 28°c tout au long de l'année. Cette température peut monter jusqu'à 35°c lors d'activité volcanique plus intense.
La côte est très découpée et se compose principalement de falaises, quelques belles plages de sable corallien sont très prisées des touristes.

Faune

De fait de son isolement, Prince Edward Island compte une multitude d'espèces endémiques dont un grand nombre d'oiseau mais aussi de très nombreuses espèces d'oiseaux migrateur qui viennent nicher sur l'île.
Les reptiles sont notamment représentés par les scinques, les geckos, et les tuataras. Il y a également quatre espèces d'amphibiens et une seule espèce d'araignée venimeuse, la katipo, rare et habitant les pentes arides du Mt-Brake ; il n'y a aucune espèce de serpent à Prince Edward.
Il y a beaucoup d'espèces endémiques d'insectes, dont une, le weta, peut devenir aussi grande qu'une souris et représente l'espèce d'insecte la plus lourde du monde. Quant aux 29 espèces de poisson, 90 % sont endémiques et sont pour la plupart petites et discrètes ; seulement trois font plus de deux kilogrammes : deux espèces d'anguille et le kokopu géant (une autre grande espèce, le grayling, s'est éteinte au début du xxe siècle).
On trouve également quelques espèces de mammifères, pour la plupart herbivore et de petite taille, 2 espèces de lémuriens arboricole qui ont failli disparaître avec la déforestation, 1 espèce d'échidné, 1 espèce de chauve-souris de grande taille et 1 espèce de marsupial omnivore baptisé le Tigre de Prince Edward en raison de ses rayures et qui est aujourd'hui disparue.
Parmi les mammifères marins, les cétacés représentent la plus grande population d'animaux marins vivant dans les eaux territoriales de Prince Edward et qui a fait jusqu'en 1930 la richesse de l'île. Avec la chasse industrielle de la fin du XIXème siècle, la population de cétacé a failli disparaître mais l'interdiction en 1930 de la chasse à la baleine a permis à la population de se reconstituer et est aujourd'hui l'un des attraits touristiques majeur de Prince Edward.

Prince Edward Island Animaux Anno 1642




  * Liste des parcs et réserves naturelles de Prince Edward Island
  * Liste de la faune de Prince Edward Island



Histoire

Chronologie

Découverte et colonisation

L’île a été découverte complètement par hasard alors que Drake était en route entre un des comptoirs du « nouveau monde » colonisé 1 siècle plus tôt et le « vieux monde » où se livrent une guerre sans merci les grandes puissances pour coloniser le moindre caillou du globe. Peu après le départ des 3 navires, une tempête les écarta de leur route et ils se retrouvèrent perdu au milieu de l’océan. Lorsque que terre fut en vue, cela faisait 5 semaines que les navires parcouraient l’océan à la recherche d’une terre habité. Un grand soulagement se fit ressentir à l’approche de la terre mais très vite Drake compris que cette terre n’était pas cartographiée.
Les 3 navires jetèrent l’encre dans une baie protégée et les équipages posèrent pied à terre.
Durant pratiquement 3 semaines, les hommes réparties en groupe explorèrent l’île dans ses moindres recoins à la grande joie des scientifiques présent à bord, cartographiant, répertoriant la faune et la faune, tandis que Drake à l’aide de ses instruments de mesure cherchait une porte de sortie pour rejoindre l’un des comptoirs de l’empire.
Après 3 semaines d’exploration de l’île et des atolls voisin, il fut décidé qu’une partie des hommes resteraient sur l’ile pour poursuivre l’exploration et installer un premier campement, alors que Drake et le Prince Edward repartiraient avec leur navire vers le comptoir le plus proche, qu’il fallait encore trouver…
Resté seul sur place avec le Swan, les 5 scientifiques de l’expédition et une 40 aine d’hommes entreprirent la construction d’un premier campement. Des vivres, du matériel de constructions, des poules, des chevaux, des armes et quelques canons pour seul compagnie.
Drake et le Prince Edward revinrent 4 mois plus tard, accompagné de 3 autres navires. Sur l’île il ne restait que 23 hommes survivant tant bien que mal.
Durant les 4 mois de leur exiles, il fut clair que les ressources de l’île ne pourraient pas satisfaire les besoins d’une colonie fleurissante. Le manque d’eau potable et de bois étant les deux problèmes majeurs. Il faudrait très rapidement importer le bois des comptoirs voisins et trouver de l’eau potable en sous-sol en quantité suffisante pour le développement de la colonie. Mais il fut aussi évident que même si l’île ne possédait à priori aucune ressource minière, il y avait une ressource disponible en très grande quantité et qui en ce temps là était presque aussi précieuse que l’or. La graisse de baleine…
C’est à ce moment-là que l’île fut officiellement baptisée Île du Prince Edward et qu’une première colonie vit le jour.

Développement

Brake et le Prince Edward sont mort depuis longtemps. Drake est mort en 1657 à l’âge de 58 ans, lors de l’attaque de son navire par des pirates alors qu’il naviguait en direction du royaume mère pour son dernier voyage. L’austère Prince Edward est resté sur « son » île en tant que gouverneur jusqu’à sa mort en 1681 à l’âge de 75 ans. Il permit le développement de l’île et l’ouverture de routes commerciales avec les comptoirs les plus proches. Il se fit construire une maison sur une île située à l’entrée de la baie de Pownal et qui fut baptisée par les habitants « Governors Island »
L’ouverture d’une route commercial par le Prince Edward avec le comptoir colonial le plus proche permis à l’île d’engendrer de belles recettes peu de temps après l’installation de la colonie et de la développer. Cette économie fleurissante attira peu à peu de nouveaux colons. L’économie repose sur l’exportation de produits dérivés de la chasse à la baleine et de la noix de coco et à moindre mesure de la laine et du cuir. Tout d’abord en tant que matière brute puis en produit finis, ainsi les industries spécialisées se sont multipliés. Mais la colonie reste dépendante en matière première tel que les minerais et importe de grandes quantités de fer et d’alliage.
- La chasse à la baleine :
Durant ce siècle, la chasse à la baleine fut donc le principalement revenu de l’île et le restera durant encore 1 siècle.
La chasse aux cétacés était des plus dangereuse et de nombreux hommes périrent lors de ces pêches. Mais les intérêts économiques de la chasse à la baleine primaient sur la vie des hommes.

L'âge d'or

En un siècle l’île de Prince Edward a bien changé, la petite bourgade de bois et de terre s’est transformée en une ville dynamique de brique et de pierre. La population atteint environs 15600 âmes réparties sur l’ensemble de l’île mais se concentre principalement à Halifax. Le travail ne manque pas, le port commercial est des plus actif et les bateaux marchands arrivent chargés de charbon, de minerais, de bois… et repartent les soutes pleines de noix de coco, de mobilier en bois de palmier, d’alcool de coco… d’huile et de graisse de baleine, de cuire, de parfum, d’ivoire de baleine… Le commerce avec le Royaume des Iles Cerberes mais surtout avec le Vasel a explosé ces dernières décennies.
En 1850, ce commerce fleurissant et sa position stratégique sur les routes commerciales de l'Atlantide Sud permirent à Halifax de devenir une cité prospère bien que petite, se dotant d'une université, de nombreuses églises, d'une cathédrale; la Cathedrale Sainte Marie, de parcs, d'un hotel de ville, d'une maison de l'Assemblée qui regroupe l'Assemblée Générale et le Conseil et d'un jardin botanique alors en construction.
Le gouverneur quand à lui a considérablement agrandi Governor House qu'il a fait entouré de somptueux jardins en terrasse et d'un parc paysagé en cour d’aménagement.
L'agriculture et l’élevage occupaient pratiquement la moitié de l’île. Toutes les terres cultivables ont été défrichées, planté de cocotier, d'arbre fruitier, de blés, de lin, de cotons même ci celui ci ne pousse pas très bien et champs maraîchers. Le reste des terres ont été transformées en pâturage pour les moutons et les bovins en grande majorité.
La partie Ouest de l'île quand à elle reste pratiquement inexploité. Un grand marécage s’étendant de Scotch Cove à Bedford Bassin coupe cette partie en deux et la rend inexploitable, seul quelques fermes isolées exploitent des terres très accidentées.
En peu de temps le Vasel, le plus proche voisin de la colonie est devenu l’un des principales partenaires commerciales de Prince Edward. Les bateaux marchands Vaselois repartent de l’île en direction des ports de Panon, de Leiplein ou encore de Maris Cantii chargés en sperme de baleine qui sert de lubrifiant pour les rouages de la nouvelle invention qu'est le train qui se développe dans le royaume à très grande vitesse. De graisse de baleine qui entre dans la composition des produits de beauté et dont les riches Vaseloise raffoles. De cuir permettant la confection de ceinture de très grande qualité, dont certains artisans de l'île s'en sont fait leur spécialité et dont les Vaselois à la mode s'arrachent à prix d'or. Et enfin le lait de coco dont les nobles Vaselois sont très friands.

En échange l'île achète d'importante quantité de charbon et de bois au Vasel, ce qui a tendance à agacé considérablement l’Empereur des Îles Cerberes qui voudrait que la totalité de la production de l’île parvienne à son Empire. Mais la distance entre le royaume mère et Prince Edward permet au Vasel de commercer en toute quiétude avec l’île qui a besoin de très grande quantité de matière première pour son développement, les Îles Cerberes n’étant pas en mesure de satisfaire la demande croissante de la colonie.

L’île située en plein cœur de l’Ocean Atlantide est devenue également un port de repos des plus important sur les routes commerciales entre l'Aldésyl du Sud et la Philicie du Sud. L’île de Prince Edward permet effectivement aux bateaux marchands faisant halte sur l’île, de faire le plein en produit frais, d’eaux, d’échanger quelques marchandises et à l’équipage de se dégourdir les jambes et pas seulement. En effet dans les docs, de nombreuses tavernes proposent de la compagnie et une chambre pour quelques sous. Le port est aussi une bonne protection pour les bateaux lors des tempêtes qui sévissent dans l’Atlantide.

Mais cette économie et toute cette activité n’attirent pas forcément que des navires marchands, de plus en plus de pirates attaquent les bateaux et la ville d’Halifax fut pillée à plusieurs reprises. En 1826, pour endiguer ces raides et sous l’ordre de l’Empereur Meliodas Cernes, plusieurs forts furent construits sur le pourtour de l’île dont les plus importants, Fort Edward, sur Governor Island et le Fort Southwick à Prim Point protégeaient l’accès au Bedford Bassin où se situe le port d’Halifax. Une garnison de plus de 400 hommes répartit sur les 5 forts ont été envoyé depuis le royaume mère pour protéger l’île. La ville et son port ainsi protégée purent continuer à se développer en toute quiétude. Mais ces nouveaux arrivants, bien que protégeant l’île ne sont pas forcément bien vue par la population qui voit là une intrusion supplémentaire du royaume dans leur vie du bout du monde.
C’est à ce moment-là que se constituèrent les deux grands partie politique encore présent de nos jours, les Tories et les Whigs.
Les Tories, parti conservateur, fondé en 1834, étaient favorable à un pouvoir royal fort et défendaient les intérêts de l’aristocratie foncière.
Les Whigs quand eux ont fondé le Parti Travailliste, par les syndicats d’ouvrier pour les ouvriers et militaient en faveur d’une Assemblée Générale forte s’opposant à l’absolutisme royal : au Gouverneur, aux militaires, aux fortes taxes imposées par les Îles Cerberes et aux grands propriétaires terriens...
Les 5 décennies entre 1850 et 1900 ont été l’âge d’or de Prince Edward Island, le commerce transatlantide et la position stratégique de l’île sur les routes commerciales favorisant une croissance rapide. Le commerce avec le Royaume de Vasel était alors à son sommet, celui-ci important massivement et à prix d’or les productions de l’île pour satisfaire les besoins croissants de sa population et surtout pour assouvir les demandes extravagantes des nobles Vaselois et exportant toujours plus de matière première tel que le charbon, le bois et le fer pour répondre à la forte demande de l’île.
Le port commercial d’Halifax était alors le poumon économique de la colonie, c'est là que tout se passait. D'immense entrepôts ont été construit ces 50 dernières années pour répondre à la forte demande d’importation et d’exportation de marchandises. Les ateliers de confection, distilleries, tanneries… se sont aussi installés au plus près. Le port était une véritable fourmilière qui ne dormait pratiquement jamais...
Grande nouveauté apparue au milieu du siècle : le train. Cadeau offert par le Vassel à Prince Edward en compassassions d’une sombre histoire de mariage annulé entre la fille du gouverneur de l’île et le fils du Roi de Vasel. Le train tout d’abord uniquement de marchandise permis d’accélérer grandement le transport des matières premières venant de toute l’île vers le port ou celles-ci étaient transformées avant d'être expédiées au-delà de l’océan. Une ligne de chemin de fer fut donc construite sur le pourtour de l’île et très vite les habitants adoptèrent ce nouveau moyen de locomotion pour se rendre à Halifax montant à bord des trains de marchandise.

En 1872, Central Station fut inauguré et les premiers trains de voyageurs transportèrent une foule de curieux sur la boucle d’environ 25 km du chemin de fer faisant le tour de Prince Edward. Il faut dire que la plupart des habitants d’Halifax n’avaient jamais vue le reste de l’île. Deux petites bourgades, Mahone Bay et Yarmouth profitèrent elles aussi de l’arrivé du train et grandirent très rapidement.

A la même époque, l’augmentation des bateaux de passagers conduit à la construction d’un terminal dédié à ceux-ci épargnant aux voyageurs l’arrivé dans la poussière de charbon qui recouvrait tout le port de marchandise.

En 1880, c’est le tramway qui fit son apparition et qui devint très vite le moyen de locomotion préféré des habitants d’Halifax. 5 lignes de tram permettaient de desservir la majeure partie de la ville.

En 1895, la voiture fit une entrée fracassante dans les rues d’Halifax. Bien qu’elle soit un objet de luxe, le prix de la voiture et celui du transport par bateau qui pouvaient durer des mois ne décourageait pas les plus fortunés pour s’offrir un de ces engins. les routes sans revêtement ni signalisation s'avérèrent très difficiles voire dangereuses à pratiquer et la cohabitation entre ces nouveaux engins, les chevaux et le tram était des plus difficile.

De l'indépendance au déclin

EN CONSTRUCTION
Dans les années 1890, le fossé entre la classe ouvrière qui trimait dans les manufactures, sur les quais et dans les plantations et la bourgeoisie de plus en plus aisé bénéficiant de la croissance et de l’opulence de Prince Edward, provoquèrent de nombreux troubles sur l’île. Les Whigs multiplièrent les actions envers le Gouverneur et les membres du Conseil et tentèrent à plusieurs reprises de prendre le pouvoir. Mais les « coups d’état » et leurs acteurs furent lourdement et fermement réprimés. L’||Empereur Edgar Emilian Asthias oc'Gwena the Firstenvoya]] un contingent militaire sur l’île pour stopper les opposants. Le 29 novembre 1899, loin de la capitale et de l’Empereur, le commandant de l’armée fit ordonner d’arrêter tous les sympathisant des Whigs sous ordre de l’Empereur. Ordre qui d’après les historiens de l’Empire n’aurait jamais été donné. La chasse au Whigs fini dans un bain de sang et plus de 2000 habitants furent tué cette nuit-là.

A partir de 1900 la production s’essouffle, les colonies de cétacés se font rare et leur population diminue considérablement. La colonie vacille, les révoltes contre le gouvernement et contre le royaume de Cerbère étaient de plus en plus violentes, les tensions montèrent entre les riches marchant et les ouvriers. Les Whigs enchaînèrent les tentatives de prise de pouvoir par de nombreuses révoltes et grèves.

En 1907, la coalitions (temporaire) entre les Whigs et les Tories et les longues négociations avec l’Impératrice Meredith Gwena entraîna l’indépendance de l’île de l’Empire Cerbères et devint officiellement un état souverain.

De 1907 à 1930 : Les Whigs et les Tories se partagèrent le pouvoir et le pays parvint un temps à surmonter son isolement mais très vite les exportations diminuèrent. Les riches marchants quittèrent peu à peu l’île avant d’être ruiné. Le Vasel et d’autre états mirent fin aux échanges commerciaux et coupèrent les liens diplomatiques avec l'île.

En 1930, l’interdiction international de la chasse à la baleine donne un coup fatal à Prince Edward l’indépendante qui n’est alors plus soutenue par l’Empire Cerbères et sombre peu à peu dans l’oubli.

Fermeture et replis

EN CONSTRUCTION
Jusqu'en 1980, le pays est pratiquement coupé du monde et peu des contemporains de cette époque connaissent l’existence de cette île. Durant cette période sombre, l'île isolé doit se rendre autonome aussi bien énergiquement qu’alimentairement. De lourde restriction sont mise en place pour le partage de la production alimentaire et énergétique. Bien que l’île soit isolée, des navires marchant sans pavillon font halte à Prince Edward pour troquer des marchandises.
Cette période voit aussi une diminution considérable de la population de l’île et l’abandon de nombreux édifices.

Réorganisation et envole

En 1980, l’île ré-ouvre ses portes par la coalition d’un nouveau gouvernement qui met en place des mesures fiscales avantageuses pour faire venir les investissements et capitaux étrangers.

Politique

EN CONSTRUCTION

Gouvernement

Administrations

Relations Internationales


Economie

Histoire de l’économie coloniales

La chasse à la baleine attire pour plusieurs raisons économiques dont la première est évidemment la nourriture. Une seule baleine apporte plusieurs tonnes de viande (généralement consommée salée) qui représente d'importantes quantités de protéines et de graisses.
- L'huile avait également plusieurs emplois : chauffage, éclairage, et cuisine ; un Rorqual Bleu de 26 mètres produisait environ 27 tonnes d'huile.
- Le sperme servait à lubrifier les rouages des machines.
- Les os étaient utilisés comme matériaux.
- Les fanons, grâce à leur résistance et leur flexibilité, étaient utilisés pour fabriquer des baleines (d'où le nom) de parapluies, d'ombrelles et de corset.
- On tirait également parti du cuir ; il était tanné, puis utilisé pour confectionner des ceintures et des sangles.
- Les intestins étaient séchés et réutilisés pour la confection de cordages.
- La graisse de l'animal était également employée dans l'élaboration de produits cosmétiques et pharmaceutiques.
- L'ambre gris, fourni par le cachalot, était exploité en parfumerie afin de fixer les parfums ; on lui a également prêté des vertus aphrodisiaques.
- Le spermaceti, extrait du crâne du cachalot servait à fabriquer des bougies et des savons.

- La noix de coco :

Les cocotiers sont cultivés en très grand nombre et les produis dérivés du fruit et de l’arbre permettent de bon revenu à l’exportation
- Le fruit est envoyé en parti dans le vieux monde où il est un mets de luxe.
- Le bois de l’arbre sert à la construction et à l’ameublement.
- La sève est consommée fraîche ou sous forme de sirop mais aussi est fermentée et transformée en alcool.
- La fibre des noix est transformée en matériaux de rembourrage pour les matelas, coussin de chaise …
- La palme quant à elle est utilisée en matériaux de construction ou pour la fabrication d’objets décoratif

- Autres :

Mis à part la chasse à la baleine et la pêche traditionnel, l’agriculture et l’élevage se sont considérablement développés, déforestant pour laisser place aux pâturages, aux champs et aux plantations.
Outre les plantations de palmier à coco, on trouve des champs de légumes et de céréales pour la consommation locale.
L’élevage se concentre essentiellement sur celui de la vache et du mouton, permettant la production de viande et de lait pour la consommation locale, du cuir et de la laine pour l’exportation.

Structure de l'économie actuelle

Agriculture

Transport et communication

Tourisme

Monuments

Monuments historiques

Ford Edward
Fort Southwick
Fort Newhaven
Fort Monckton
Fort Cumberland
Governor House
Saint Mary's Cathedral
Halifax Central Station

Bâtiments publics

Halifax Old Town Hall
Halifax Beehive
Halifax Court House
Halifax Assembly House

Musées et galeries

Halifax MAG - Musée et galerie d'art
MuSeaUm - Musée Maritime

Musique, Theatre et Danse

Halifax Metropolitan Opera
Halifax Philarmonic Hall




Logo politique.png   Portail de la Politique         Logo géographie.png   Portail de la Géographie